Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Après l’humiliation irakienne, la CIA essaie de se donner meilleure figure


Face à la menace iranienne, l’Agence n’a plus droit à l’erreur



Après l’humiliation irakienne, la CIA essaie de se donner meilleure figure
Longtemps critiquée pour avoir eu "tout faux" sur les armes de destruction massive en Irak, la puissante agence américaine de renseignement, la CIA, tente de tirer les leçons de ce fiasco et passe aujourd'hui un nouveau test : évaluer le programme nucléaire iranien.
Dans les mois qui précédèrent le renversement de Saddam Hussein il y a dix ans, la CIA et les autres services américains jugeaient que le régime irakien était en passe d'obtenir l'arme nucléaire et disposait de stocks d'armes chimiques et biologiques.
Leurs conclusions allaient dans le même sens que la conviction de la Maison Blanche: Saddam Hussein représentait une menace et devait être chassé du pouvoir par la force.
Au final, la communauté américaine du renseignement a eu "tout faux dans quasiment tous ses jugements d'avant-guerre sur les armes de destruction massive de l'Irak", dénonce le rapport officiel d'enquête Silberman-Robb.
Les informations collectées n'étaient pas solides, les analyses bâclées et les conclusions fondées sur des hypothèses erronées et non des preuves. Le résultat a été "l'une des faillites du renseignement les plus connues et les plus préjudiciables de l'histoire américaine récente", affirme ce rapport de 2005.
Quand les Américains n'ont rien trouvé une fois l'Irak occupé le 20 mars 2003, le casus belli de Washington s'est révélé sans fondement et l'indignation internationale a atteint des sommets.
Dix ans après cette humiliation, les 16 agences de renseignement du pays ont cherché à renforcer leurs capacités de recueil des informations et mis en place des procédures de vérification de leur travail d'analyse, plaident d'anciens responsables de la CIA.
Aujourd’hui, les Etats-Unis sont à nouveau sur les traces d'un autre éventuel programme nucléaire militaire, en Iran, où cette fois les inspecteurs de l'ONU ont trouvé de nombreuses preuves d'un ambitieux programme d'enrichissement d'uranium.
Les agences de renseignement, qui estiment que Téhéran n'a pas encore pris sa décision de fabriquer ou non une arme nucléaire, font face à un problème déjà rencontré en Irak: discerner les intentions des autorités iraniennes qui nient vouloir se doter de l'arme atomique.
Face aux perspectives de frappes aériennes préventives, la pression monte sur la CIA pour qu'elle établisse des estimations précises sur l'état d'avancement du programme iranien.

AFP
Samedi 16 Mars 2013

Lu 169 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs