Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Après l’Irak les Etats-Unis dissuadés de s’engager sur le terrain d’autres conflits


Washington évite d’être en première ligne et se limite à une aide logistique sans plus



Après l’Irak les Etats-Unis dissuadés de s’engager sur le terrain d’autres conflits
Dix ans après l'invasion en Irak, ce conflit impopulaire agit comme un repoussoir sur les autorités américaines aujourd'hui dissuadées de s'engager militairement pour stopper la guerre civile en Syrie ou le programme nucléaire de l'Iran.
L'opération "choc et effroi" en Irak a certes permis aux Etats-Unis de renverser Saddam Hussein. Mais elle leur a aussi fait perdre 4.500 soldats, coûté quelque 1.000 milliards de dollars et révélé les limites de leur puissance militaire et de leur capacité à imposer un régime démocratique au Moyen-Orient, soulignent des analystes.
Si bien qu'à l'heure des révolutions du Printemps arabe --notamment pour la plus dramatique d'entre elles en Syrie-- les décideurs à Washington cherchent à tout prix à ne pas reproduire les erreurs catastrophiques qui avaient mené à l'intervention américano-britannique en Irak en mars 2003.
Une décennie plus tard, les Etats-Unis sont de nouveau confrontés à un dictateur, le président syrien Bachar al-Assad. Après deux ans d'un conflit qui a fait plus de 70.000 morts, même les plus bellicistes aux Etats-Unis se gardent d'appeler haut et fort à armer directement les rebelles syriens, voire à imposer une zone d'exclusion aérienne.
Le président Barack Obama refuse de fournir des armes aux opposants au régime de Damas et s'en tient à une aide non létale, même si les Américains apportent dorénavant une assistance directe alimentaire et médicale à la rébellion sur le terrain.
De même pour l'Iran, et malgré l'impasse jusqu'à présent des négociations internationales sur son programme nucléaire, l'administration Obama fait tout pour éviter une action militaire et mise sur sa stratégie à "double-voie" mêlant sanctions économiques et pourparlers diplomatiques avec Téhéran.
La politique étrangère du président Obama reste marquée par le retrait d'Irak en 2011 et celui d'Afghanistan programmé pour la fin 2014.
Pour le Mali, Washington a refusé de mettre un pied dans le désert et se contente de fournir à l'armée française un appui logistique.
Les Etats-Unis ont été tout aussi satisfaits de ne pas être en première ligne en Libye en 2011, même s'ils ont été de facto les principaux contributeurs de l'opération de l'Otan pour renverser le régime Kadhafi.

Libé
Jeudi 14 Mars 2013

Lu 152 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs