Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Après huit ans d’Alvaro Uribe : La Colombie vote pour la continuité




Les Colombiens ont voté dimanche pour la poursuite de la politique de fermeté à l’égard de la guérilla, en élisant Juan Manuel Santos, ex-ministre de la Défense du gouvernement sortant, pour succéder à Alvaro Uribe.
«Santos, c’est Uribe», résumait une militante du mouvement du président élu, le Parti social d’union nationale (droite), venue fêter sa victoire dans une salle de spectacle de Bogota.
Juan Manuel Santos, 58 ans, élu avec 69% des voix contre 27,5% pour son rival, l’ex-maire de Bogota Antanas Mockus, a d’ailleurs, dans son discours de victoire, promis à la guérilla encore plus de fermeté.
«Le temps des Farc est compté», a-t-il dit, sous les hourras de ses partisans. «Nous continuerons à les affronter avec toute la dureté et la fermeté» nécessaires, a-t-il ajouté, en appelant la guérilla à libérer tous ses otages immédiatement «de manière unilatérale».
Son élection, avec un nombre de votes «sans précédent» (neuf millions d’électeurs sur 14) prouve que «les Colombiens soutiennent toujours les politiques d’Alvaro Uribe», estime le politologue Alejo Vargas.
Mais, soulignent les analystes, Juan Manuel Santos n’aura pas le même style que son prédécesseur.
A l’intérieur, il a déjà annoncé qu’il souhaitait former un «gouvernement d’union nationale», qui pourrait même intégrer son rival.
M. Santos devra s’atteler à la poursuite de la lutte contre la guérilla, un conflit qui a perdu en intensité mais continue à tuer des Colombiens.
Il devra également lutter contre le chômage et la misère qui touche 46% des Colombiens.
A l’étranger, il doit faire face à l’hostilité de deux des voisins de la Colombie: l’Equateur, où il avait ordonné en 2008 une attaque contre un campement des Farc, tuant 26 personnes dont son numéro deux Raul Reyes, et le Venezuela, où Hugo Chavez l’a qualifié de menace pour la paix régionale.
Dimanche soir, il a adressé un message conciliateur à ses voisins, assurant que la «diplomatie serait maîtresse de nos relations internationales» et considérant qu’il leur faudra «travailler la main dans la main».
Son grand défi sera également, de l’avis des observateurs, sa capacité à se dissocier du président sortant, présenté pendant la campagne comme son mentor, notamment sur le sujet sensible des violations des droits de l’homme.

Libé
Mardi 22 Juin 2010

Lu 153 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs