Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Après dix ans d’espérance : Les familles des derniers détenus lasses d'attendre




Dix ans après l'ouverture du camp de Guantanamo, les familles des derniers détenus arabes sont lasses d'attendre une libération qui ne vient pas malgré la promesse américaine de fermer ce centre de détention. "Mon fils pourrait rester en détention toute sa vie", dit Khaled al-Odah, président du comité des familles des détenus et père de Fawzi al-Odah, qui est avec Fayez al-Kandari l'un des deux derniers prisonniers koweïtiens à Guantanamo. "Après avoir promis de libérer Fayez et Fawzi, l'administration américaine s'est rétractée et a estimé qu'ils étaient trop dangereux", ajoute-t-il. Les deux hommes, aujourd'hui âgés de 34 et 35 ans, ont été arrêtés fin 2001 dans le nord du Pakistan par des hommes de tribus et remis à l'armée pakistanaise, qui les a à son tour livrés aux Etats-Unis. "Tous deux effectuaient des missions de charité et n'ont jamais combattu", assure M. Odah. Dix autres Koweïtiens ont été détenus à Guantanamo puis rapatriés, même si deux d'entre eux ont dû passer par un centre de réhabilitation. Aujourd'hui, ils mènent une vie normale, se sont mariés et ont eu des enfants, à l'exception d'un seul, Mohammad al-Ajmi, porté disparu, d'après M. Odah.
Selon les autorités américaines et irakiennes, Mohammad al-Ajmi a mené un attentat suicide dans le nord de l'Irak il y a quelques années, mais son épouse attend toujours une confirmation de son décès. Au total, 171 hommes sont toujours détenus à Guantanamo. Les Yéménites représentent plus de la moitié du contingent, et une difficulté supplémentaire pour l'administration américaine qui a décrété en janvier 2010 un moratoire sur leurs transferts, beaucoup des 66 ex-détenus yéménites rapatriés ayant à nouveau rejoint les rangs du jihad.
"Je me fais vieux et j'ai peur de ne plus revoir mon fils", a déclaré Abdel Kader Baghaouita, joint par téléphone à Moukalla, dans le sud-est du Yémen. Son fils Ahmed a été arrêté il y a 10 ans au Pakistan, à l'âge de 17 ans. "L'avocat nous a informé qu'il était libérable mais nous attendons toujours", ajoute ce Yéménite qui se rend tous les deux mois à Sanaa, à 1.200 km de chez lui, pour parler à son fils par visioconférence.
Quant aux Saoudiens, qui ont été jusqu'à 130 à Guantanamo, ils ne sont plus que dix dans le centre de détention, selon Kateb al-Chammari, avocat des familles de prisonniers saoudiens.
"Nous réclamons soit un procès civil équitable, soit qu'ils soient remis à l'Arabie saoudite", insiste l'avocat, ajoutant que les familles "ne savent pas quels sont les critères retenus par les Américains pour la libération des détenus". "Je crois que le retard dans la libération des derniers détenus est lié au fait que certains des prisonniers libérés ont rejoint les rangs d'Al-Qaïda au Yémen", où les branches saoudienne et yéménite ont fusionné pour créer Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), reconnaît-il. Ryad a mis en place un programme de réhabilitation pour ses ressortissants revenant de Guantanamo, mais selon un responsable du ministère saoudien de l'Intérieur en juin 2010, plus d'un participant sur cinq a renoué avec des militants islamistes.

Libé
Jeudi 12 Janvier 2012

Lu 350 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs