Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Après des cascades à New York, un artiste fait dans le brouillard à Berlin




Après un soleil géant à Londres et des cascades à New York, Olafur Eliasson, artiste d'origine islando-danoise, présente à Berlin une série d'installations où brouillard, couleurs et miroirs donnent le ton aux paysages urbains de la capitale allemande. Très souvent considéré comme l'un des artistes contemporains les plus ambitieux, Eliasson, 43 ans, habite la métropole depuis 1994 et expose jusqu'au 9 août au musée Martin Gropius, tout à côté d'un pan de l'ancien Mur de Berlin.
Baptisée "Innen Stadt Aussen" (un jeu de mots qui peut être entendu comme 'l'extérieur du centre ville' ou 'dedans plutôt que dehors'), l'exposition compte 19 installations et vise à donner aux flâneurs urbains un nouvel aperçu de leur environnement quotidien. L'accès à l'exposition passe par la recréation d'un trottoir berlinois avec ses grandes dalles de granit typiques. Puis viennent des mobiles sculptés qui se jouent de la lumière de projecteurs colorés et des reflets jetés par les visiteurs dans des miroirs courbes. Une salle remplie de brouillard désoriente le visiteur qui longe les murs à tâtons pour s'orienter dans un espace marqué seulement de quelques lumières couleurs pastels.
Et au-delà du musée, l'artiste a installé dans la ville des troncs d'arbre, récupérés de la mer après avoir été rejetés sur les côtes islandaises. Olafur Eliasson s'est fait connaître par une exposition à la Tate Modern de Londres en 2003-2004, où les visiteurs étaient invités à créer leurs propres mouvements d'ombres sous un demi-soleil artificiel dont la lumière était reflétée dans des miroirs installés au plafond. Il y a deux ans, il avait inauguré une série de cascades géantes le long de l'East River, à New York, qui ont attiré des millions de spectateurs. Né à Copenhague de parents islandais, Eliasson a vécu au Danemark et en Islande avant de s'installer à Berlin. "La première fois que je suis venu à Berlin c'était juste avant la chute du Mur" en 1989, a raconté l'artiste à la presse. Par la suite Berlin l'a attiré "car, à l'époque, son imprévisibilité était une source d'inspiration. C'est devenu un endroit où j'ai pu m'installer avec mon travail". Selon le directeur du Martin Gropius Bau, Joachim Sartorius, il s'agit de "la plus belle et de la plus poétique des expositions" mise sur pied par le musée cette année, même s'il reconnaît que son coût financier est "élevé".

AFP
Lundi 3 Mai 2010

Lu 233 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs