Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Après avoir fui les camps de Tindouf : Deux Marocaines rallient Smara




Après avoir fui les camps de Tindouf : Deux Marocaines rallient Smara
Deux citoyennes marocaines, une femme et sa fille, ont réussi à fuir les camps de Tindouf pour regagner dimanche dernier la mère patrie.
Souilka Amine est née en 1961 à Smara. En 1976, les séparatistes du Polisario l’avaient convaincue que si elle restait à Smara, elle serait violentée ou tuée par les « barbares marocains». La peur au ventre, Souilka décida, alors de fuir «les barbares» comme les lui avaient décrits les propagandistes du Polisario. Une fois aux camps de Tindouf, la jeune femme se rendit compte de l’erreur monumentale qu’elle avait commise. Mai c’était trop tard. Elle se maria, malgré les conditions inhumaines dans lesquelles elle vivait avec les siens. De ce mariage naquit Fatimatou, aujourd’hui, âgée de 24 ans. Mais, selon elle, Souilka n’a jamais cessé de chercher l’occasion de prendre la poudre d’escampette et de rejoindre sa ville natale de Smara. Cette fois, encouragée par sa fille, devenue jeune femme, elles décidèrent toutes les deux de franchir le pas ensemble et rejoignirent leur patrie et les leurs. Les deux femmes qui appartiennent à la tribu des Laâroussiyine, reçurent un accueil chaleureux au sein de leur tribu.
Elles ont souligné que par leur retour, elles réaffirment leur appartenance à la Nation et veulent démontrer à leurs geôliers que, comme tous les habitants des camps, elles se sont rendu compte que la propagande anti-marocaine sous l’influence de laquelle tout le monde s’était embrigadé, ne tient plus et  qu'elles ne pouvaient plus supporter l'enfer des camps du Polisario,  que  la situation intenable et l'absence du strict minimum de conditions de vie ou de dignité humaines, incitent les Sahraouis à vouloir rejoindre leur pays où ils peuvent vivre dans la dignité et la quiétude.
Dans une déclaration, les deux femmes ont indiqué que les milices des séparatistes ont intensifié leurs exactions contre les résidents des camps, les privant de toute liberté et les soumettant à des contrôles intenses et inopinés.
Ce qui incite plus de Sahraouis à vouloir fuir les camps de Tindouf et rejoindre la mère patrie.
Les deux femmes ont expliqué que leur  retour procède  d’une conviction, qui est aussi celle de la plupart  des habitants des camps de Tindouf, qui sont convaincus qu'ils peuvent  et doivent contribuer au développement global que connaît le pays, en général, et les provinces du Sud en particulier. Pour ce faire, ils guettent la première occasion pour fuir les camps", ont-elles indiqué.
Souilka Amine et sa fille ont mis en exergue la proposition marocaine d'octroyer une large autonomie aux provinces du Sud du Royaume, sous la souveraineté nationale, relevant que "cette proposition réaliste et porteuse de solution séduit de plus en plus de Sahraouis ". 

A.E.K
Vendredi 13 Mars 2009

Lu 301 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs