Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Appel unanime des syndicats à la reprise du dialogue social




Appel unanime des syndicats à la reprise du dialogue social
La grève nationale décidée par l’Union marocaine du travail (UMT) est une décision «responsable» qui prend en compte les intérêts de l’économie nationale, mais aussi ceux de la classe ouvrière, a affirmé le secrétaire général de la centrale syndicale, Miloudi Moukharik.
M. Moukharik, qui était mardi l’invité du Forum de la MAP placé sous le thème des «enjeux sociaux de la rentrée syndicale », a souligné que la grève est la «seule arme» dont dispose la classe ouvrière pour défendre ses intérêts et son pouvoir d’achat, ajoutant que le gouvernement assume la responsabilité de la détérioration des conditions sociales de la classe ouvrière. 
La classe ouvrière vit des «conditions difficiles» à cause du gel du dialogue social avec le gouvernement, a-t-il ajouté après avoir plaidé pour l’adoption d’une « approche  participative » dans le chantier de réforme des régimes de retraites. M. Moukharik a expliqué les  contre-propositions de son organisation concernant la réforme des Caisses de  retraites, précisant notamment que l’UMT est favorable à la « prolongation  volontaire » de l’âge de la retraire jusqu’à 65 ans, ainsi que la prise en  compte la pénibilité dans le travail. S’agissant de l’augmentation des cotisations aux Caisses de retraites, il a expliqué que son organisation n’est pas opposée à cette mesure à  condition qu’elle soit faite sur la base des 2/3 de la part patronale (Etat) et  1/3 de la part salariale, ajoutant que l’UMT rejette toute baisse des pensions. M. Moukharik a appelé, dans ce cadre, à la création d’une Haute autorité  d’orientation des systèmes de retraite, composée du gouvernement, des  partenaires sociaux et du Conseil économique et social et environnemental  (CESE) et chargée d’accompagner ce chantier sociétal.
Pour sa part, le coordinateur général de l’Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM), Kafi Cherrat, a critiqué la façon dont le gouvernement gère la chose publique, en particulier le dossier social, estimant que l’actuel exécutif accorde la priorité aux équilibres macro-économiques aux dépens des équilibres sociaux et du pouvoir d’achat des citoyens. Rappelant «l’immobilisme» qui marque le dialogue social et l’échec du gouvernement d’engager un examen sérieux des grands dossiers et d’impliquer les partenaires sociaux et politiques dans plusieurs décisions et chantiers sensibles, M. Cherrat a relevé dans un entretien à la MAP que la rentrée sociale sera marquée par une tension à tous les niveaux. Il a, dans ce contexte, estimé que le gouvernement assume la responsabilité de la situation économique et sociale actuelle du pays.
Abordant la réforme des régimes de retraite, le responsable syndical a exprimé le regret de voir le gouvernement ignorer les partenaires sociaux et politiques, préférant soumettre le projet de réforme au Conseil économique, social et environnemental, qui n’a pas émis son avis consultatif concernant ce dossier en raison des divergences de fond sur cette question. M. Kafi a rappelé la grève observée le 23 septembre dernier par la classe ouvrière, relevant que ce mouvement social intervient suite à la décision du gouvernement de ‘’choisir la fuite en avant au lieu d’engager un dialogue sur les revendications sociales’’.
Le responsable de l’UGTM a, d’autre part, fait observer que l’approche unilatérale adoptée par le gouvernement est devenue caduque, soulignant que le mouvement syndicaliste, tout en étant attaché à la paix sociale et à la défense des droits de la classe ouvrière, ne restera pas les bras croisés devant ce qui se passe. 
Au sujet des mesures contemplées par l’UGTM, M. Cherrat a indiqué que le syndicat a tenu récemment une rencontre de coordination avec la Fédération Démocratique du Travail (FDT). Cette rencontre s’est soldée par la tenue de rassemblements communs de mobilisation dans toutes les provinces et régions du Royaume, a-t-il dit, évoquant également l’organisation de marches de protestation régionales et l’appel à une grève nationale. La rencontre entre l’UGTM et la FDT, a t-il dit, a également été l’occasion d’exprimer la volonté des deux syndicats de coordonner leurs actions avec «les organisations sérieuses sur la base d’un programme garantissant les acquis et visant à mettre fin à l’insouciance du gouvernement». 
Quant au secrétaire général adjoint de l’Union nationale du travail au Maroc (UNTM), syndicat proche du Parti de la justice et du développement, Abdessamad Lamrini, il a appelé le gouvernement, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et les centrales syndicales à signer une convention pour institutionnaliser le dialogue social et assurer la régularité de la tenue des sessions de ce dialogue sur la base d’un agenda clair et connu d’avance. Le gouvernement, a-t-il ajouté dans une déclaration à la MAP à l’occasion de la rentrée parlementaire, est appelé à lancer sans tarder un dialogue social sérieux pour parvenir à des solutions consensuelles sur les questions en suspens. M. Lamrini a souligné l’importance de parvenir à un consensus entre tous les acteurs qui prenne en considération la situation socio-économique du Maroc, les revendications des salariés et les besoins du pays.
Il a ainsi mis en avant la nécessité d’une approche globale et de partenariat en ce qui a trait aux grandes réformes, dont celles liées aux régimes de retraite, à la Caisse de compensation, à la réforme fiscale, à la réforme du statut de la fonction publique et à la réforme de la grille des salaires.
Evoquant les mesures d’indexation prises dans plusieurs dossiers, il a estimé que cette approche doit constituer seulement un prélude à la réforme comme elle doit faire l’objet d’une discussion approfondie dans le but de parvenir à un consensus sur le modèle à suivre dans cette importante réforme. S’agissant de la sécurité sociale qui ne bénéficie qu’à 37 % seulement de la population active, il a estimé qu’il faudrait investir les fonds récupérés par la Caisse de compensation suite à la levée de la subvention sur certains produits pour élargir et renforcer la sécurité sociale. M. Lamrini a appelé le gouvernement à accélérer l’élaboration des lois relatives aux syndicats et au droit de grève et à entamer des consultations sur la question des élections des délégués des salariés, qui seront organisées d’ici la fin de l’année.

Mercredi 8 Octobre 2014

Lu 1223 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs