Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Appel des citoyens européens solidaires de la Palestine

Les partis politiques démocratiques présents sur les listes européennes interpellés




Appel des citoyens européens solidaires de la Palestine
A l’initiative des Associations maghrébines MAT et Osmose, une rencontre-débat a été organisée le 29 avril 2009 à Clamart à la salle des fêtes Hunebelle avec Mme Hind Khoury, déléguée générale de la Palestine en France.
Un accueil des plus chaleureux a été réservé à Mme Khoury par le Maire Philippe Kalenbach et l’équipe municipale qui se sont engagés à honorer la mémoire du Président Yasser Arafat, figure remarquable de l’expression des aspirations nationales palestiniennes,  décédé le 11 novembre 2004 à Clamart.
L’allocution de bienvenue a été prononcée par Mustapha Boudraâ, au nom des organisateurs, en rappelant les droits légitimes du peuple palestinien et en insistant à la fois sur la solidarité envers ce peuple et les liens particuliers qui se sont noués  avec Clamart à l’occasion de l’hospitalisation du symbole de la lutte palestinienne : le Président Arafat. Les représentants locaux des différents partis politiques (Partis socialiste, Parti communiste, Front de gauche, les Verts) ont ensuite pris la parole pour exprimer leur solidarité avec le peuple palestinien dans son combat juste pour recouvrer ses droits légitimes et la création de son Etat viable et souverain. Les différents intervenants ont insisté sur l’exigence que doit avoir l’Europe pour qu’Israël respecte le droit international.
Mme Hind Khoury a commencé par remercier le Maire et l’équipe municipale pour leur accueil chaleureux et leur engagement à honorer la mémoire du Président Arafat. Elle a remercié également les organisateurs et salué l’élan de solidarité avec la Palestine et les Palestiniens qui dure depuis janvier 2009.
Mme Hind Khoury a rappelé qu’à Gaza, les Palestiniens souffrent toujours de l’impact de l’attaque israélienne barbare et du blocus inhumain imposé sur la Bande depuis des années. En Cisjordanie, les autorités israéliennes ont intensifié leurs initiatives de nettoyage ethnique, en particulier dans la région de Jérusalem, par des expulsions, des assassinats systématiques, des détentions, la construction de colonies et la construction du mur d’apartheid. Par un système de contrôle sophistiqué de près de 700 check-points militaires et des centaines d’ordres de démolition de maisons, de confiscations de terres et de blocus, Israël crée activement des faits sur le terrain qui rendront impossible tout règlement pacifique du conflit.
Mme Hind Khoury a affirmé que l’économie palestinienne est sinistrée. Le déficit commercial palestinien s’est accru. L’industrie souffre d’infrastructures et d’investissements publics et privés insuffisants. Le secteur agricole qui constituait la colonne vertébrale de l’économie palestinienne n’a ni débouchés ni nouveaux marchés. Un exemple : l’huile d’olive palestinienne qui malheureusement ne se vend pas ou à des prix qui ne couvrent pas le prix de revient. Cette situation entraîne une dégradation des conditions de vie, une pauvreté qui augmente avec les limites imposées à la liberté des Palestiniens. Israël a la mainmise sur les marchés, sur l’eau. Israël veut conserver le contrôle de la plus grande partie des ressources hydriques des territoires occupés.
Sur le plan politique, Mme Khoury a évoqué les derniers développements sur la scène palestinienne. La conférence d’Annapolis, le Conseil de sécurité de l’ONU ont réitéré l’engagement pris par les Etats-Unis de la création d’un État palestinien, en repoussant l’échéance. Quel crédit peut-on apporter aux nouvelles promesses, quand on voit le résultat catastrophique d’Annapolis ? Tout sur le terrain va à contresens du chemin de la paix. La conférence d’Annapolis a été caractérisée par l’absence de dialogue sur les colonies en Cisjordanie ou sur le statut de Jérusalem. Ne pas aborder ces sujets, c’est ne pas donner la chance au Proche-Orient d’entrer enfin dans une phase de paix et de justice.
L’élection de Barak Obama qui a beaucoup ému sur le  plan humain et politique et ses projets à moyen terme privilégiant un retrait en bon ordre de l’Irak et une tentative d’ouverture de dialogue avec l’Iran laissent entrevoir une lueur d’espoir. Mais hormis son propos évoquant directement la nécessité d’un Etat palestinien dans le cadre d’un accord négocié, l’incertitude est particulièrement grande à propos de ce qu’il entend faire ou ne pas faire. Mme Khoury s’est interrogée sur la capacité de la nouvelle administration à prendre conscience des changements survenus et tirer les leçons aussi bien des échecs du processus d’Oslo que celui d’Annapolis, lancé en novembre 2007 par l’administration Bush. Le principal défaut a toujours été le contraste entre les discours et la réalité sur le terrain. La stratégie occidentale vis-à-vis des territoires palestiniens s’est réduite pour l’instant à une approche conflictuelle.
Les débats fructueux qui ont suivi l’intervention de Mme Khoury ont montré que la mobilisation contre le massacre de Gaza a mis en lumière la diversité des références culturelles et idéologiques et que cette réalité militante doit se transformer en réalité politique pour mobiliser l’opinion publique française et européenne et modifier les rapports de force en faveur de la cause palestinienne. Les débats ont montré aussi qu’il faut rétablir les faits auprès de certains citoyens français qui ont une vision communautariste des événements ou bien sont sous-informés et qu’il faut tout faire pour que les comptes rendus de la presse évoluent vers plus d’objectivité sur la réalité de l’occupation israélienne.
Un moment fort de la soirée a été le lancement de l’appel des citoyens européens solidaires de la Palestine par son initiateur Chakib Bouallou militant politique et associatif. L’appel signé par nombre d’associations de citoyens en France, aux Pays-Bas, en Belgique, au Danemark entre autres, interpelle les partis politiques démocratiques qui présentent des listes aux élections européennes de juin 2009 pour qu’ils s’engagent à tout faire pour que les Palestiniens recouvrent leur droit à la création d’un Etat viable et souverain.
L’appel demande à ce que l'Europe assume l'immense responsabilité historique qui est la sienne dans cette interminable colonisation. Il demande à ce que l’Europe fasse tout pour que le peuple palestinien puisse vivre dans la sécurité et la dignité et mettre un terme aux camps de réfugiés «temporairement définitifs ».
Il demande à ce que l’Europe oppose clairement et fermement au processus de rehaussement d'Israël (ce terme signifie le renforcement de la coopération politique et économique entre l'UE et Israël) tant que les droits humains et le droit international ne sont pas respectés par Israël.
Il demande à ce qu’une position claire sur ce sujet soit détaillée dans le programme des partis politiques aux élections européennes, en indiquant quelle politique sera mise en place pour peser sur la politique de colonisation d’Israël.
Il appelle  toutes les forces européennes à organiser des manifestations de solidarité qui exigent le respect  par Israël du droit international, et notamment, le droit de retour et/ou de compensation pour les réfugiés (conformément à la résolution 194 des Nations Unies) ; la fin de l’occupation des territoires palestiniens depuis plus de 40 ans (conformément à la résolution 242 des Nations Unies); le démantèlement des colonies de peuplement juif (conformément à la IVe Convention de Genève), la démolition du « mur de la honte » (conformément à la décision du 4 juillet 2004 de la Cour internationale de
justice ).
Les débats qui ont suivi cet appel ont montré que les citoyens  peuvent et doivent agir pour que la force du droit soit imposée à Israël en faisant pression notamment sur les élus pour qu’ils agissent afin qu’Israël cesse de bénéficier de la complicité des Etats occidentaux et en particulier de l’Europe. La communication doit être renforcée ainsi que l’argumentation et la capacité de lobbying des mouvements de solidarité en mettant l’accent sur le respect de la loi internationale et des droits humains en Palestine et en exerçant une pression sur les gouvernements étrangers et les politiciens.

Par YOUSSEF LEHLALI
Mercredi 6 Mai 2009

Lu 410 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs