Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Appel de l'ONU à augmenter d’urgence l'aide humanitaire en Syrie




Un conseil civil chargé pour administrer la ville de Deir Ezzor

La Russie a appelé mardi l'émissaire de l'ONU en Syrie Staffan de Mistura et la communauté internationale à augmenter "d'urgence" l'aide humanitaire en Syrie et à prendre part à la reconstruction du pays.
Dans une lettre adressée à M. de Mistura, le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a souligné "le besoin d'efforts supplémentaires de la part de la communauté internationale pour aider la population syrienne", a annoncé le ministère dans un communiqué.
M. Choïgou "exhorte Staffan de Mistura à augmenter d'urgence le volume d'aide humanitaire et à participer activement à la reconstruction des maisons, écoles, hôpitaux, infrastructures détruits, par le biais d'organisations humanitaires et de l'ONU", selon ce communiqué.
Cet appel intervient quelques jours après la fin du siège de deux enclaves de Deir Ezzor, imposé depuis près de trois ans par l'organisation Etat islamique (EI) et brisé par les forces syriennes appuyées par l'armée russe. "Les conditions ont été créées pour que la vie et la paix reviennent", a affirmé le ministère russe.
Cependant, la situation reste "compliquée" dans les camps de réfugiés Al-Tanf et Ouqayribat, situés dans la province de Hama, selon le ministère qui a estimé que leurs habitants avaient besoin de plus de 1.000 tonnes d'aide alimentaire et de 80 tonnes d'aide médicale.
"Pour que les centaines de milliers de réfugiés reviennent chez eux le plus vite possible, la Syrie a besoin que les efforts de la communauté internationale soient renforcés", a affirmé M. Choïgou, selon son ministère.
Dans un communiqué séparé, l'armée russe a annoncé lundi envoyer une quarantaine de démineurs à Deir Ezzor, dont des chiens spécialisés dans le déminage. Au total, 175 experts en déminage seront déployés en Syrie.
Alliée indéfectible du régime de Bachar Al-Assad, la Russie est intervenue militairement dans le conflit en septembre 2015 pour aider les forces prorégime alors en difficulté face aux rebelles et aux jihadistes.
Depuis, le pouvoir a remporté de nombreuses victoires, dont cette percée à Deir Ezzor.
La province de Deir Ezzor, dont le chef-lieu porte le même nom, est la dernière province de Syrie encore largement contrôlée par l'EI: si les forces prorégime contrôlent deux enclaves dans la ville, le reste de la cité reste toujours aux mains des jihadistes.
Par ailleurs, des responsables tribaux, alliés à des combattants soutenus par Washington, ont dévoilé lundi leur intention de créer prochainement un conseil civil chargé d'administrer la ville de Deir Ezzor, une fois le groupe Etat islamique (EI) chassé de la cité.
La province de Deir Ezzor, riche en pétrole et frontalière de l'Irak, est actuellement le théâtre de deux offensives distinctes qui cherchent à reprendre aux jihadistes les territoires qu'ils contrôlent dans l'est de la Syrie.
Soutenues par l'aviation russe, les forces du régime, engagées dans l'ouest de la province, ont réussi cette semaine à briser le siège imposé depuis près de trois ans par l'EI à deux enclaves gouvernementales de la ville de Deir Ezzor.
De leur côté, les Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance de combattants kurdes et arabes soutenue par Washington, ont lancé samedi une offensive pour chasser l'EI des territoires sur la rive Est du fleuve Euphrate, qui coupe diagonalement la province de Deir Ezzor.
Les FDS ne sont pas engagées dans la cité de Deir Ezzor même. Lundi, des responsables tribaux locaux ont toutefois annoncé la création prochaine d'un "comité civil chargé d'administrer la ville immédiatement après sa libération", selon un communiqué publié sur le site Internet des FDS.
"Nous avons pris l'initiative, en tant que cheikhs et figures tribales, d'appeler à la création d'un comité préparatoire pour discuter des bases du conseil civil de Deir Ezzor", selon le texte.
Selon l'annonce, des discussions sont en cours avec d'autres tribus et d'autres acteurs locaux, pour établir "une formulation finale traduisant les aspirations de toute la population de Deir Ezzor".

Libé
Mardi 12 Septembre 2017

Lu 212 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs