Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Appel à adopter des mesures incitatives pour relancer les exportations des pommes de terre

Tenue de la conférence internationale «Potato Morocco 2014» jeudi à El Jadida




Appel à adopter des mesures incitatives pour relancer les exportations des pommes de terre
Le Maroc est appelé à adopter des mesures incitatives pour relancer les exportations des pommes de terre vers des marchés émergents tels que ceux de l’Afrique et reconquérir ses marchés traditionnels en Europe, ont souligné, jeudi à El Jadida, les participants à la Conférence internationale sur la pomme de terre «Potato Morocco 2014».
La relance des exportations des pommes de terre passe par la mise à niveau de cette filière, la mécanisation, la fertilisation et la sélection variétale pour améliorer la qualité et augmenter la productivité, ont-ils convenu lors de cette rencontre organisée par la Fédération interprofessionnelle de production et d’exportation des fruits et légumes (FIFEL).
Les producteurs marocains de pomme de terre ont, ces dernières années, pris conscience de la nécessité d’améliorer leurs techniques de production pour mieux répondre aux exigences du marché local et reprendre leurs parts de marché à l’exportation, ont-ils ajouté. 
Les intervenants ont noté que la pomme de terre est un des légumes les plus consommés au Maroc, faisant savoir que le Maroc produit quelque 1,4 million de tonnes chaque année, destinés principalement au marché local.
Les participants ont fait observer que les exportations de pommes de terre sont aujourd’hui faibles et ne cessent d’enregistrer des baisses. Elles oscillent actuellement entre 10.000 à 30.000 tonnes par an, alors que durant les années 80 et 90, les exportations dépassaient les 100.000 tonnes, ont-ils noté. A l’inverse, les importations ne cessent d’augmenter (de 40.000 à 60.000 tonnes chaque année). 
Le Maroc est en mesure de réaliser une autosuffisance en plants de pommes de terre, notamment en adoptant une politique incitative sous contrat au profit des producteurs des plants de pomme de terre et en encourageant cette culture dans les régions à climat froid qui protège contre la propagation de maladies virales. 
L’expert marocain en agriculture et membre de la FIFEL, Mohamed Zahidi, a relevé que la culture de la pomme de terre au Maroc a souffert d’un retard en termes d’application des normes de qualité et d’accroissement de la productivité comparativement aux autres filières des légumes et fruits.
Les plants de certaines variétés de pomme de terre, encore largement cultivées par les agriculteurs, n’ont pas été améliorés, ce qui a influé pendant longtemps sur la qualité et la productivité, a-t-il ajouté, faisant observer que l’adoption des techniques d’irrigation localisée a permis d’améliorer la productivité.

Lundi 24 Mars 2014

Lu 170 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs