Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Anthony Kavanagh : Les Marocains ont le sens de l’humour




Anthony Kavanagh : Les Marocains  ont le sens de l’humour
L’humoriste, chanteur et 
acteur québécois a présenté le 13 mars son tout nouveau spectacle en rodage au 
Studio des Arts vivants 
de Casablanca. Une salle comble face à un humoriste plein d’entrain et de bonne humeur. Chacun en prend pour son grade : les Juifs, les Arabes, les Français, et bien d’autres, avec un humour 
décapant qui fait rire aux larmes l’assemblée. Anthony Kavanagh nous accorde quelques minutes entre 
balances de dernière minute et répétition générale. 
Entretien.
 
Libé : Pourquoi avoir choisi d’intituler votre spectacle « Anthony Kavanagh se chauffe... »? 
 
Anthony Kavanagh : C’est temporaire, le vrai titre du spectacle sera validé la semaine prochaine. C’est une tournée de rodage, c’est-à-dire une préparation de spectacle. Le « vrai » show commence en septembre. D’ailleurs, nous avons pris la photo pour l’affiche la semaine dernière et nous hésitons encore entre deux titres.
 
Pourquoi présentez-vous un show au Maroc ?
 
Nous faisons des essais un peu partout et nous essayons de se balader dans la Francophonie. 
Cela fait 12 ans que je ne suis pas venu à Casablanca, beaucoup trop longtemps à mon goût. Ces 12 ans sont un grand mystère. Certes, entre 2003 et 2008, j’ai arrêté de faire de l’humour, mais depuis, c’est mon troisième spectacle, pour ne pas dire troisième spectacle et demi et je ne comprends pas pourquoi je suis invité maintenant. C’est du passé, mais cela reste un grand mystère pour moi, car je souhaitais venir jouer ici. J’ai fait le Marrakech du Rire l’année dernière et soudainement me voilà ! 
 
Adaptez-vous votre spectacle en fonction de votre public ?
 
J’essaye d’adapter mes spectacles selon les pays où je me rends et d’y ajouter des références locales. Malheureusement, concernant Casablanca, je suis arrivé en fin d’après-midi et je repars demain. Je vais faire le maximum pour retirer des blagues trop franco-françaises même s’il m’a été dit qu’il y a  un tiers de la salle composé de Français. D’ailleurs, la salle est très belle et je la découvre avec vous. Le matériel est tout neuf et je vais déflorer l’équipement (rires) si jamais ça explose, c’est qu’il y a un problème.
 
A votre avis, qu’est-ce qui ne fait pas rire les Marocains ?
 
Chaque soir, j’y vais au feeling, je sens la salle et j’essaye d’aller jusqu’au bout. C’est-à-dire aller jusqu’à la limite de tolérance du public. Des fois, je mets un pied du côté de cette limite, et un autre de l’autre côté et je sens que la limite se situe entre les deux. Au Maroc, je sais que la population est très ouverte d’esprit.
Cependant, l’année dernière quand j’ai joué au Marrakech du Rire avec un numéro assez «  rentre-dedans », il m’avait été suggéré de retirer deux ou trois vannes, car on m’avait dit que le public n’allait pas apprécier. Les deux blagues étaient sur la religion et les femmes obèses (rires). Les Marocains ont le sens de l’humour et j’entendais le public rire dans la salle. Mais encore une fois, c’est une question de feeling. Avant de monter sur scène, j’écoute la salle, voir si elle parle ou si au contraire, le public est silencieux. Avant même d’être annoncé, quand les lumières sont tamisées, j’écoute pour savoir si le public est dans les starting-blocks ou au contraire, s’il va falloir les réveiller. Je m’adapte au public. Par exemple, si je me rends compte que l’assistance est majoritairement féminine, je sais qu’il faut être plus gentil.
Au contraire, s’il y a plus d’hommes, je suis plus agressif, plus macho. Il faut prouver que je suis le meilleur ami mais également le chef de bande, car dès que le public voit que tu as peur, il n’a plus confiance en toi et ne te suit plus dans ton délire. Le but est de faire croire au public que je suis au milieu de la salle et qu’on est entre amis.
 
Puisez-vous votre création dans votre vie de famille? 
 
J’ai un petit garçon, qui me change la vie... maintenant je n’en ai plus ! En même temps, il m’inspire beaucoup. Nous sommes trois à avoir écrit le numéro de ce soir, et nous avons tous des enfants du même âge et nous vivons les mêmes situations. Les enfants sont obsédés par Dora L’exploratrice. Je regardais mon fils, et en face de Dora, il est hypnotisé. Elle pose une question, attend deux minutes pour que même l’enfant le plus débile puisse répondre et pendant ce temps mon fils, hystérique, bave et saigne des oreilles en me mettant plein de Nutella sur ma télévision à 1.000 balles ! 
 
Cette année, serez-vous au Marrakech du Rire ?
 
Non, cette année je n’y vais pas. Le show que je fais à Casablanca est un avant-goût du spectacle. C’est un véritable test pour savoir ce qui fait rire le public marocain. Je ne sais à quoi m’attendre, mais j’espère que ça va bien se passer. J’ai déjà joué ce spectacle en France, en Suisse et en Belgique. Dans les prochains mois, je jouerais en Haïti, à l’Île Maurice, et peut-être au Liban. Nous allons nous promener un peu partout. 
 
Il fut un temps où vous faisiez beaucoup d’animation. Qu’en est-il maintenant ?
 
J’ai fait pendant 6 ans l’animation des « NRJ Music Awards ». Cependant, j’en avais eu marre et je n’avais pas envie de toujours faire la même chose. Je continue à animer ; par exemple vendredi 21 mars, je présente les « Web Comedy Awards » qui sont diffusés en direct sur Youtube. C’est une remise de prix pour toutes les stars d’Internet et une première mondiale. 

Danaé Pol
Lundi 17 Mars 2014

Lu 969 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs