Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ansaru annonce l’exécution de sept otages étrangers


Londres, Rome et Athènes jugent le fait très probable



Ansaru annonce l’exécution de sept otages étrangers
Les autorités italiennes, britanniques et grecques ont jugé probable, dimanche, la mort de sept étrangers enlevés en février au Nigeria, le groupe islamiste nigérian Ansaru ayant annoncé samedi leur assassinat, tandis que le Nigeria se refusait à tout commentaire. Selon le réseau américain de surveillance des sites islamistes SITE, le groupe Ansaru avait affirmé samedi avoir été "poussé à exécuter" les sept hommes, en invoquant notamment des "actions menées par les gouvernements britannique et nigérian pour libérer les otages".
Le 16 février, deux Libanais, deux Syriens, un Grec, un Italien et un Britannique travaillant pour la société de construction libanaise Setraco avaient été enlevés sur un chantier, dans le nord du Nigeria.
Le ministère grec des Affaires étrangères estime que "le citoyen grec enlevé au Nigeria avec six autres ressortissants d'autres pays est mort" et a fait part de son "chagrin" à la mère de la victime, selon son communiqué.
Un employé de la société Setraco au Nigeria a dit attendre la confirmation de leur mort par le Nigeria. Mais, à Lagos, le colonel Yerima, porte-parole des armées, contacté par l'AFP, s'est refusé à tout commentaire, tandis que le porte-parole de la police, Frank Mba, a déclaré ne pas être en mesure de confirmer quoi que ce soit.
Une porte-parole du ministère britannique de la Défense a nié l'implication de la Grande-Bretagne dans une quelconque opération de libération des otages.
Ansaru est considéré comme une faction du groupe islamiste nigérian Boko Haram, tenu pour responsable de la mort de centaines de personnes dans des attaques menées depuis 2009 dans le nord et le centre du Nigeria.
Boko Haram a par ailleurs revendiqué, dans une vidéo postée sur internet le 25 février, l'enlèvement d'une famille de sept Français - dont quatre enfants - dans le nord du Cameroun.
Ansaru a été cité comme étant lié à plusieurs enlèvements dont ceux, en mai 2011, d'un Britannique et d'un Italien, tués en mars 2012 lors d'une opération des forces nigérianes appuyées par des agents britanniques visant à les libérer.

AFP
Mardi 12 Mars 2013

Lu 145 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs