Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Angela Merkel, première "Ossie" à la tête de l'Allemagne réunifiée




Quand elle présidera aux cérémonies marquant les 20 ans de la chute du Mur de Berlin, elle saura de quoi elle parle: Angela Merkel est la première chef de gouvernement de l'Allemagne réunifiée à avoir grandi à l'Est, sous le régime communiste de RDA.
La fin du "Mur de la honte" a été le début de sa carrière politique.
Cette ancienne scientifique, sans enfants, divorcée et remariée, aux commandes du pays depuis 2005, a été fraîchement réélue en septembre à quelques semaines de cet anniversaire. Elle est aujourd'hui, depuis quatre ans, systématiquement couronnée femme la plus puissante du monde par le magazine américain "Forbes".
C'est un changement de taille pour celle qui n'a pas eu le droit de se rendre en voyage aux Etats-Unis avant d'atteindre une bonne trentaine d'années... et qui vient aujourd'hui d'y être saluée par un honneur rare, en devenant la première chef de gouvernement allemand invitée à prendre la parole devant les deux Chambres réunies du Congrès. Seul Konrad Adenauer y avait eu droit avant elle, en 1957, avant même la construction du Mur.
Renforcée par les élections de septembre, la très populaire Angela Merkel, une pragmatique conservatrice dotée d'importantes qualités d'écoute, a pu se débarrasser de la "grande coalition" malaisée qu'elle dirigeait depuis 2005 avec les sociaux-démocrates du SPD, pour s'allier plutôt avec le parti libéral-démocrate.
Née à Hambourg en 1954, Angela Merkel est la fille d'un pasteur luthérien qui emmena sa famille vivre dans une petite paroisse rurale à l'Est, alors qu'elle était toute jeune. Mardi dernier, devant son public américain au Capitole, elle a raconté comment enfant, l'Amérique était "tout bonnement inaccessible".
"Le Mur, les barbelés et les ordres de tirer à vue limitaient mon accès au monde libre", s'est-elle souvenue, ajoutant que des proches venus de l'Ouest lui fournissaient cependant des livres et films en cachette.
"J'aimais vraiment être une physicienne. Mais après la chute du Mur, la politique est devenue ma passion", a-t-elle expliqué.
Impliquée dans un nouveau mouvement politique, l'Eveil démocratique, Angela Merkel fut en 1990 la porte-parole du seul et unique gouvernement démocratiquement élu de la République démocratique d'Allemagne, avant la réunification.
Un peu plus tard cette même année, elle était élue au Bundestag de l'Allemagne réunifiée, dans les rangs de l'Union chrétienne démocrate (CDU) du chancelier d'alors, Helmut Kohl, son parrain en politique, qui la surnommait "Das Madchen" (la jeune fille).
L'artisan de la réunification allemande lui mit rapidement le pied à l'étrier et la nomma au gouvernement. Contre toute attente, dix ans plus tard, Angela Merkel, parfois raillée pour une coupe au bol et une absence de glamour que l'Ouest associait à son passé d’"Ossi", deviendra en 2000 la première femme à prendre la présidence de la CDU. Et cinq ans plus tard, elle succède au social-démocrate Gerhard Schroder à la tête de l'Allemagne. 


AP
Jeudi 12 Novembre 2009

Lu 462 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs