Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Amnesty épingle l’Arabie au sujet des droits de l’Homme

La situation est jugée désastreuse par l’ONG




Amnesty épingle l’Arabie au sujet des droits de l’Homme
Amnesty International a dénoncé la “situation désastreuse” des droits de l’Homme en Arabie saoudite où l’organisation ne constate aucune amélioration en la matière, alors que l’ONU doit faire le point lundi sur les avancées du royaume dans ce domaine.
“L’Arabie saoudite a totalement échoué à donner suite à ses promesses de remédier à la situation désastreuse des droits de l’Homme”, faites lors de la réunion en 2009 du groupe de travail du Conseil des droits de l’Homme chargé de l’Examen périodique universel, écrit Amnesty dans un communiqué.
“Les autorités saoudiennes n’ont réussi à appliquer aucune des principales recommandations (qui lui avaient été faites) pour améliorer la situation dans le pays”, ajoute l’organisation de défense des droits de l’Homme.
“Non seulement ces autorités n’ont pas agi, mais elles ont accru la répression”, accuse le directeur d’Amnesty pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, Philip Luther, cité dans le communiqué. L’organisation indique avoir soumis à la réunion de Genève une contribution sur “la répression en cours, y compris les arrestations et détentions arbitraires, les procès inéquitables, la torture et autres mauvais traitements” dans le riche royaume pétrolier.
Outre “la torture et les mauvais traitements en détention, une pratique courante menée dans l’impunité”, Amnesty dénonce aussi “la discrimination systématique à l’égard des femmes”. Dans le royaume saoudien, elles “ont besoin de la permission d’un tuteur de sexe masculin avant de se marier, voyager, subir certaines interventions chirurgicales, prendre un emploi rémunéré ou s’inscrire à l’université”, tout comme il leur est interdit de conduire.
L’organisation dénonce aussi “les abus contre les travailleurs étrangers (...), qui ne sont pas protégés par le code du travail et sont vulnérables à l’exploitation”, et elle stigmatise “la discrimination” à l’égard de la minorité chiite, dont des membres sont la cible “d’arrestations et de détentions arbitraires sous le soupçon de participer ou de soutenir des manifestations ou d’exprimer des opinions critiques à l’égard de l’Etat”.
En outre, poursuit-elle, “l’Arabie saoudite reste l’un des cinq premiers pays au monde à exécuter la peine capitale, appliquée à un large éventail de crimes non létaux comme l’adultère, le vol à main armée, l’apostasie, le trafic de drogue, les enlèvements , les viols, et la sorcellerie”.
“Les châtiments corporels sont largement utilisés en Arabie saoudite, y compris la flagellation et l’amputation”, conclut Amnesty International dans son communiqué.

Libé
Mardi 22 Octobre 2013

Lu 87 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs