Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Amélioration des mesures de confiance au Sahara

Des difficultés de mise en œuvre relevées lors de la IVème réunion d’évaluation




Amélioration des mesures de confiance au Sahara
La IVème réunion d'évaluation des mesures de confiance, tenue mardi à Genève, a permis d'apporter des améliorations à ce programme humanitaire et de relever certaines difficultés dans sa mise en œuvre, a affirmé le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération, Nasser Bourita.
 La réunion, organisée sous les auspices du Haut-commissariat pour les réfugiés (HCR) en présence des délégations du Maroc, de l'Algérie, de la Mauritanie et du Polisario, a permis de passer en revue les questions relatives aux visites familiales et aux séminaires apolitiques et d'examiner les moyens d'en améliorer le déroulement, a-t-il déclaré à la MAP.
 La délégation marocaine, qui était conduite par M. Bourita, comprenait Omar Hilale, ambassadeur représentant permanent du Maroc à Genève et El Arbi Mrabet, gouverneur chargé de la coordination avec la MINURSO, ainsi que des représentants des ministères des Affaires étrangères et de la Coopération et de l'Intérieur.
 Le secrétaire général a souligné que «des améliorations ont pu être apportées au déroulement de ces deux activités», indiquant que nombre de difficultés ont pu être relevées au cours de cette rencontre. Ces difficultés, a-t-il précisé, «sont particulièrement liées à l'instrumentalisation politique des visites familiales et à quelques actes contraires à l'esprit et à la nature humanitaire de ce programme».
 Rappelant que l'engagement du Maroc en faveur de ce programme procède de son attachement à la dimension humaine du conflit artificiel autour du Sahara marocain, M. Bourita a expliqué qu'il s'agit surtout de permettre aux populations de Tindouf de revoir leurs familles dans les provinces du Sud et de desserrer l'étau qui leur est imposé dans les camps, en Algérie.
 Le Maroc, a-t-il affirmé, s'attache à ce que le programme des mesures de confiance soit préservé en tant qu'activité apolitique et humanitaire destinée en premier lieu aux populations des camps. C'est une action qui s'inscrit dans le mandat global du HCR, un mandat articulé autour de la protection et l'assistance dans une logique de solution durable, a-t-il ajouté.  «C'est la raison pour laquelle on suppose un certain nombre de préalables, particulièrement le recensement de cette population conformément aux conventions internationales, aux pratiques et normes du HCR», a fait observer M. Bourita.
La délégation marocaine a insisté pour que toutes les parties prenantes assument leur responsabilité pour la mise en œuvre de ce programme, a-t-il indiqué, insistant que «toutes les parties ont une responsabilité pour garantir la réussite de cette activité humanitaire et la préservation de son caractère apolitique».
 A l'issue de cette réunion, Nasser Bourita et l'ambassadeur représentant permanent du Maroc auprès de l'ONU à Genève, Omar Hilale, ont tenu une séance de travail avec le Haut-commissaire des Nations unies pour les réfugiés, Antonio Guterres.

Libé
Jeudi 4 Juillet 2013

Lu 274 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs