Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Alors que les violences débordent au Liban: Annan en Iran pour parler de la Syrie




Alors que les violences débordent au Liban: Annan en Iran pour parler de la Syrie
L'émissaire international Kofi Annan doit s'entretenir mardi avec de hauts responsables en Iran, solide allié de Damas, des moyens de mettre un terme à la crise en Syrie, qui a encore débordé dans la nuit au Liban voisin.
Cette visite intervient au lendemain d'une rencontre à Damas entre M. Annan et le président syrien Bachar al-Assad qui ont convenu d'une nouvelle "approche" de la crise, qui a fait plus de 17.000 morts en près de 16 mois, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).
Malgré la multiplication des réunions internationales et des déclarations, les violences ne faiblissent pas à travers le pays, faisant encore lundi 89 morts -- 31 civils, 34 soldats et 24 rebelles.
Kofi Annan, chargé par l'ONU et la Ligue arabe de trouver une solution pacifique au conflit syrien, doit rencontrer à Téhéran le ministre iranien des Affaires étrangères, Ali Akbar Salehi, et le secrétaire général du Conseil suprême de la sécurité nationale, Saeed Jalili, selon la chaîne iranienne en arabe Al-Alam.
L'émissaire, qui avait reconnu samedi l'échec de son plan de sortie de crise, a plusieurs fois plaidé pour que Téhéran, qui "a de l'influence" en Syrie, soit associé à la recherche d'un règlement, mais s'est heurté au refus des Américains et des Européens.
Il avait annoncé son intention de "rendre compte" aux dirigeants iraniens des résultats de la réunion du Groupe d'action sur la Syrie, qui a rassemblé fin juin à Genève les membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU, plusieurs pays représentant la Ligue arabe, et la Turquie.
Malgré l'insistance de la Russie, l'Iran avait été tenu à l'écart de cette réunion qui a abouti à un accord sur un processus de transition prévoyant la formation d'un gouvernement réunissant des représentants du pouvoir et de l'opposition, sans mentionner le départ d'Assad réclamé en préalable par l'opposition. Lundi, lors de sa troisième visite en Syrie depuis sa prise de fonctions, M. Annan a affirmé avoir tenu des "discussions très franches et constructives" avec M. Assad, dont le régime tente d'écraser une contestation qui s'est militarisée au fil des mois.
"Nous avons discuté de la nécessité de la fin des violences et des moyens d'y parvenir. Nous nous sommes mis d'accord sur une approche que je vais partager avec l'opposition armée", a-t-il déclaré à la presse, sans plus de détails.
Le porte-parole du ministère syrien des Affaires étrangères, Jihad Makdissi, a également qualifié de "constructive" la réunion entre les deux hommes, affirmant que la conférence de Genève avait été perçue par MM. Annan et Assad "comme un pas important en vue de faire avancer le processus politique" et avait "créé un environnement de dialogue".
L'opposition syrienne a critiqué la rencontre Annan-Assad, estimant que l'échec de la mission de M. Annan appelait une action internationale urgente et des mesures contraignantes de l'ONU pour faire cesser la répression.
Officiellement accepté par le régime et par l'opposition il y a trois mois, le plan Annan est jusqu'à présent resté lettre morte. Les violences sur le terrain se sont paradoxalement intensifiées depuis l'entrée en vigueur officielle du cessez-le-feu le 12 avril, avec environ 6.000 morts, selon l'OSDH.
Le conflit a encore débordé dans la nuit au Liban: des obus lancés du côté syrien se sont abattus sur le sol libanais après un échange de tirs nourris des deux côtés de la frontière, "sur plusieurs points de passage illégaux", a affirmé à l'AFP un responsable des services de sécurité, sans faire état de victimes dans l'immédiat.
Cet incident intervient deux jours après la mort de deux personnes lors d'accrochages et d'explosions dans la zone, dans l'incident le plus meurtrier survenu au Liban depuis le déclenchement de la révolte en Syrie en mars 2011.
Dans ce contexte de violences croissantes, le chef du Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition syrienne, Abdel Basset Sayda, a appelé la Russie à cesser de livrer des armes au régime de Damas si elle voulait "maintenir de bonnes relations avec le peuple syrien".

AFP
Mercredi 11 Juillet 2012

Lu 503 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs