Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Alors que Noureddine Bensouda est nommé à la tête de la Trésorerie générale du Royaume : Said Ibrahimi aura à transformer Casablanca en Place financière internationale




Alors que Noureddine Bensouda est nommé à la tête de la Trésorerie générale du Royaume :  Said Ibrahimi aura à transformer Casablanca en Place financière internationale
SM le Roi Mohammed VI, que Dieu l'assiste, a reçu, lundi au Palais Royal de Casablanca, Said Ibrahimi que le Souverain a nommé directeur général de la société qui sera dédiée à l'aménagement et à la gestion de la Place financière de Casablanca. Par la même occasion, SM le Roi Mohammed VI a nommé Noureddine Bensouda, Trésorier général du Royaume. Ont assisté à cette audience le Premier ministre, Abbas El Fassi, le ministre de l'Economie et des Finances, Salahedine Mezouar et le wali de Bank Al Maghrib, Abdellatif Jouahri.
Un communiqué du Cabinet Royal précise que Sa Majesté le Roi, que Dieu l'assiste, a donné Ses Hautes orientations à Said Ibrahimi pour que la future Place financière soit dotée des infrastructures indispensables à la promotion et à la pérennisation de ce projet dont l'envergure internationale nécessite des mesures propres à lui assurer l'attractivité souhaitée à l'égard des investisseurs. La Place devra contribuer à positionner Casablanca comme centre financier international de nature à accroître les perspectives de son développement et de sa modernisation, à préserver son potentiel économique et son rang en tant que grande capitale régionale. Sa Majesté le Roi, que Dieu l'assiste, a insisté sur la nécessité d'inscrire ce projet dans une vision globale avec la prise en compte de toutes ses composantes en termes de configuration immobilière, de conception urbanistique, d'amélioration des infrastructures, de réalisation des équipements, d'adaptation juridique, de formation des ressources humaines et de mise en œuvre des techniques et des modes de gestion propres à une Place financière internationale. Les Orientations Royales en la matière ont porté sur la nécessité d'accompagner ce projet par des actions favorables à l'amélioration de son environnement par notamment le redimensionnement des infrastructures de transports et des voies de circulation en vue d'assurer la connectivité de la zone d'Anfa où sera réalisée la Place financière sur une superficie de 100 ha, aussi bien à la ville qu'à l'aéroport international Mohammed V, ajoute le même communiqué. S'agissant de la promotion de l'investissement, la Place financière doit bénéficier de mesures d'accompagnement en matière de formation et d'emploi et d'un dispositif règlementaire attractif à même de conforter la compétitivité de Casablanca sur le plan régional et international.

Une référence dans la région

Pour Salaheddine Mezouar, ministre de l’Economie et des Finances, le projet de Place financière de Casablanca ouvre pour le Maroc des perspectives prometteuses pour l'attrait des capitaux, le développement de nouveaux métiers et l'accompagnement du rythme accéléré d'attraction des investissements, tant publics que privés. Dans une déclaration à la presse, M. Mezouar a indiqué que "le projet de transformation de la Place financière de Casablanca en un pôle financier s'inscrit dans le cadre des stratégies sectorielles développées par le Maroc, sous la sage conduite de SM le Roi Mohammed VI, visant à conforter le positionnement du Maroc aux niveaux régional et continental". La société dédiée à l'aménagement et à la gestion de la Place financière de Casablanca veillera à la mise en œuvre effective des grandes lignes stratégiques du projet de Casablanca qui traduit le souci du Maroc d'aller de l'avant dans la réalisation des objectifs de développement économique, a souligné le ministre.
C’est un projet structurant qui permettra le développement du potentiel économique de la ville en tant que grande capitale régionale et internationale, a affirmé, pour sa part, Abdellatif Jouahri, Gouverneur de Bank Al Maghrib. Ce projet s'appuie sur les potentialités du Royaume qui constitue, de l'avis des organisations internationales, que ce soit le Fonds monétaire international ou la Banque mondiale, une référence dans la région Mena, a-t-il souligné.
«Nous allons capitaliser tous les acquis engrangés par le Maroc depuis plus d'une décennie», a-t-il ajouté, notant que "le Royaume est aujourd'hui en mesure de faire de Casablanca, dans un premier temps, un centre financier régional pour devenir ensuite un centre financier international".


Achir Karim
Mercredi 28 Avril 2010

Lu 1607 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs