Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ali Bouabid à l’ENSIAS : «Le Maroc a besoin d’ingénieurs citoyens»




Ali Bouabid à l’ENSIAS : «Le Maroc a besoin d’ingénieurs citoyens»
Le Bureau des élèves ingénieurs de l’Ecole nationale supérieure d’informatique et d’analyses des systèmes a organisé, jeudi 20 mai courant à l’ENSIAS-Rabat, une conférence-débat autour du thème «L’Ingénieur dans la société marocaine : est-il un acteur actif du développement?». Sont intervenus au cours de cette rencontre Ali Bouabid, délégué général de la Fondation Abderrahim Bouabid et Mehdi Lahlou, universitaire. Tous deux ont ouvert le débat en présence de 80 futurs ingénieurs ainsi que des associatifs et étudiants.
Ali Bouabid a souligné lors de son intervention que le métier d’ingénieur est le fruit de la rationalité et de la modernité universelles. «Un ingénieur peut servir des destins nobles et des démocraties comme il peut servir des dictatures en tant que technicien», fait-il observer. Evoquant la formation dont bénéficient les élèves ingénieurs marocains, l’intervenant a précisé que ces futurs ingénieurs ne jouissent pas d’un enseignement des sciences humaines et de philosophie. «La philosophie comme les sciences humaines doivent être une pierre angulaire de la formation des ingénieurs», a-t-il affirmé. Et d’ajouter que l’ingénieur marocain a des compétences techniques, mais il se désintéresse souvent du sens et de la finalité de son travail. «Le Maroc a besoin d’ingénieurs citoyens qui s’interrogent sur les politiques et les fins de leurs actions techniques», a-t-il prôné.
Par ailleurs, Ali Bouabid a rappelé que l’ingénieur doit exercer son esprit critique dans la communauté et la société où il évolue, car «les grandes problématiques n’interpellent pas la technicité de l’ingénieur seulement, mais aussi son action citoyenne afin qu’il ne se limite pas à jouer le rôle d’une machine». Il a relevé l’importance de ce genre d’activités organisées par des élèves ingénieurs, ce qui montre que la volonté de s’intéresser à la société et à la politique est toujours vivante chez cette catégorie de jeunes porteurs de changements pour le pays.
L’universitaire Mehdi Lahlou a présenté un aperçu historique sur le développement du métier d’ingénieur. «L’ingénieur ne décide pas, mais il est appelé à trouver des solutions pour le monde d’aujourd’hui et de demain», a-t-il déclaré.
Signalons que cette conférence est la deuxième activité organisée par le bureau des étudiants ingénieurs de l’ESIAS  au cours d’une semaine culturelle. Cette dernière devait se clôturer par une rencontre-débat sur l’œuvre du grand penseur marocain Mohamed Abed El Jabri, décédé en ce mois de mai. Or Karim Berri, coordinateur du bureau des étudiants, a indiqué que plusieurs intervenants se sont désistés au dernier moment pour des raisons professionnelles.

Montassir SAKHI
Samedi 22 Mai 2010

Lu 1419 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs