Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Algérie : Tuerie près de Béjaïa




Sept agents de sécurité ont été tués samedi en fin d'après-midi dans le massif forestier d'Akfadou, près de Béjaïa en Kabylie (200km à l'est d'Alger), rapportent dimanche plusieurs journaux algériens. Selon ceux-ci, ces agents, des "patriotes", un corps de sécurité sans statut juridique créé dans les années 90 pour lutter contre le terrorisme, travaillaient pour une société de gardiennage assurant la sécurité d'une société turque. D'après "El Watan", le fourgon transportant ces agents a sauté sur une bombe actionnée à distance, avant d'être criblé de balles. Une seconde bombe actionnée près d'une heure plus tard a tué l'un des militaires lancés aux trousses des terroristes, selon le journal.
Le quotidien "Liberté" fait état, pour sa part, de deux militaires blessés. Les terroristes dont le nombre n'a pas été précisé se sont emparés des armes des "patriotes" une fois leur forfait accompli, ajoute "Liberté". Ces informations n'ont pas encore été confirmées de source officielle.
Par ailleurs, le journal "El Khabar" rapporte que trois agents de la police communale ont été blessés par l'explosion d'une bombe artisanale lors d'une patrouille à Erraguen, un hameau dans le massif des Babors entre les départements de Sétif et Jijel (300km à l'est d'Alger).
Ces attentats surviennent trois jours après l'explosion d'une bombe artisanale qui a tué un chauffeur de taxi et son passager près d'Aïn-Zaouia, à 35km au sud de Tizi-Ouzou (100km à l'est d'Alger). En janvier dernier, deux officiers supérieurs de l'armée, dont le commandant de la région militaire de Béjaïa, avaient été tués près de Tazmalt (120km au sud-ouest de Béjaïa), non loin du massif d'Akfadou, zone de repli des membres du Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), rebaptisé depuis 2006 Al-Qaïda au Maghreb islamique.
C'est dans cette région qu'a été tué en 2004 l'émir national du GSPC, Nabil Sahraoui. Régulièrement, les terroristes, en manque de logistique, ciblent des sociétés de gardiennage pour récupérer des armes, selon les observateurs. Fin octobre dernier, six agents d'une société chargée de la sécurité d'un chantier du groupe canadien d'ingénierie SNC-Lavalin avaient été tués dans une embuscade près de Tizi-Ouzou.

AP
Lundi 5 Avril 2010

Lu 442 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs