Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Alger et le Polisario s’opposent à l’attribution du statut de réfugiés aux habitants des camps de Tindouf


Ils leur refusent de postuler aux cartes du HCR



Contrairement aux réfugiés du monde entier, les habitants des camps de Tindouf, parqués dans le désert algérien depuis plus de quatre décennies, n’ont pas le statut de réfugiés qui leur permet certains avantages et droits dont le plus important est celui de liberté de circuler.
Malgré les appels de l’Algérie et de la direction du Polisario à augmenter les aides alimentaires humanitaires destinées, officiellement aux habitants des camps de Tindouf, ils s’obstinent à refuser l’obtention par ces populations de cartes de réfugiés attribuées par le HCR. Ce qui aurait permis à l’organisation de recenser ces populations, ce que les deux parties ne sont pas près d’accepter craignant une réduction drastique de ces aides pour l’évaluation desquelles le HCR se base sur des prises de vue  aériennes et qui lui ont permis d’estimer ces populations à 80.000 individus. Deux fois moins que le nombre de 160.000 avancé par le Polisario et l’Algérie dans le but de faire doubler les aides humanitaires que les dirigeants du Polisario partagent avec des hauts gradés de l’armée algérienne.
Le Forum de soutien aux autonomistes de Tindouf (FORSATIN) qui rapporte l’information écrit :
« La plus grande préoccupation du moment des habitants des camps de Tindouf et la question  la plus pertinente est : pourquoi les autorités algériennes nous refusent-elles la carte de réfugiés et nous privent-elles des droits les plus élémentaires de circuler, de commercer ou d’être propriétaires, nous gardant en otages dans des camps privés des moindres conditions de vie ?  Cette informations ressort d’un communiqué publié par le Forum de soutien aux autonomistes de Tindouf (FORSATIN) qui a indiqué que les habitants des camps de Tindouf ont demandé aux autorités algériennes de leur fournir des cartes de réfugiés ou de leur permettre d’obtenir ces cartes ailleurs, dans d’autres pays. Le communiqué ajoute que les dirigeants du Polisario ont dénoncé ces revendications, traitant les Sahraouis les ayant formulés de traîtres pour la simple raison qu’ils ont aspiré à un peu de liberté à l’image de certains chanceux proches de cette direction qui ont pu obtenir des passeports de pays étrangers ou ayant acquis des nationalités différentes. Sachant que les autorités algériennes n’attribuent la nationalité qu’aux seuls Sahraouis  d’origine algérienne auxquels elles permettent de jouir des droits de  l’entière citoyenneté sur leur territoire, alors que la plupart des Sahraouis originaires des provinces du Sud sont privés de ce droit et sont victimes d’une ségrégation qu’ils ne comprennent pas.
Les habitants des camps qui reçoivent des aides humanitaires alimentaires de la part du HCR parce qu’ils sont considérés comme réfugiés ne comprennent pas le refus des autorités algériennes de leur reconnaître ce statut et de leur attribuer des cartes de réfugiés, car, pensent-ils, s’ils n’étaient pas considérés comme tels par le HCR, ils n’auraient pas reçu d’aides. Ils ne comprennent pas, non plus, l’attitude de l’Algérie et du Polisario et leur allergie à ce sujet, étant donné que ce sont eux qui privent les Sahraouis de leurs droits. Droits que le pays qui les héberge est censé leur garantir du fait que ce dernier fonde toute sa propagande sur le fait qu’ils soient des réfugiés.
L’opposition de l’Algérie et du Polisario à l’obtention par les populations de cartes de réfugiés, se justifie par leur volonté de séquestrer ces populations en leur fournissant des pièces d’identité que seule l’Algérie reconnaît et qui permettent à ce pays de contrôler chacun de leurs mouvements par l’entremise d’une milice qui vit sur les miettes de ces aides que l’Algérie veut bien lui donner et dont le premier objectif est de serrvir ce pays. Mais, ajoute le forum, le fait de permettre aux populations d’acquérir  le statut de réfugiés démentirait l’existence d’un prétendu Etat non reconnu et permettrait de connaître le nombre réel des Sahraouis des camps de Tindouf. L’acquisition de cartes de réfugiés permettra également aux Sahraouis de s’installer dans le pays de leur choix et ne laisserait dans les camps que les Sahraouis d’origine algérienne.
A noter que parallèlement aux revendications par les populations du statut de réfugiés, le prétendu Croissant Rouge sahraoui vient de tirer la sonnette d’alarme en exprimant son désarroi devant la baisse sensible que connait le panier alimentaire mensuel des habitants des camps et qui sera réduit de 50%, à partir du mois de novembre prochain. Le prétendu Croissant-Rouge attribue cette situation au retard que connaissent les aides octroyées par le gouvernement espagnol auquel il a adressé un appel pressant le suppliant de libérer ses aides au PAM afin d’éviter une situation catastrophique.
 

Ahmadou El-Katab
Lundi 24 Octobre 2016

Lu 2094 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs