Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Al-Qaïda fête ses 25 ans d’existence

Son centre de gravité migre du Pakistan vers le Moyen-Orient




Al-Qaïda fête ses 25 ans d’existence
Al-Qaïda a 25 ans ce mois-ci. Et le mouvement islamiste armé à la tête du "jihad mondial" voit aujourd'hui son centre de gravité migrer hors de son Pakistan natal, vers le Moyen-Orient et l'Afrique, estiment des experts.
En août 1988, Oussama Ben Laden, Ayman al-Zawahiri et quatre autres combattants formaient officiellement "Al-Qaïda" - +la base+ en arabe - lors d'une réunion à Peshawar, carrefour du nord-ouest pakistanais à la porte de la frontière afghane.
A l'époque, les troupes soviétiques commençaient leur retrait d'Afghanistan et les combattants venus du monde entier pour appuyer la rébellion afghane cherchaient à étendre la "guerre sainte" à l'international.
Aujourd'hui, ce sont les troupes occidentales qui ont entamé leur retrait d'Afghanistan où elles étaient venues traquer Oussama Ben Laden, finalement tué en mai 2011 par un commando américain au Pakistan. Ayman al-Zawahiri, un Egyptien de 62 ans réputé fin stratège mais moins charismatique que Ben Laden, a pris la succession du mouvement.
Or l'interception de messages, suggérant des menaces d'attentats contre des intérêts occidentaux, entre al-Zawahiri, et le chef de sa filiale dans la péninsule arabique (Aqpa), le Yéménite Nasser al-Whaychi, a récemment fait bondir les Etats-Unis. Près d'une vingtaine d'ambassades ont été fermées par craintes d'attentats.
Une question s'est aussi imposée avec une nouvelle acuité. Est-ce le "patron" Zawahiri qui donne les ordres ou les "franchises" de la marque Al-Qaïda qui agissent de leur propre chef?
"En général, les plans ne viennent pas de Zawahiri", lance Rahimullah Yousufzaï, spécialiste des mouvements islamistes du nord du Pakistan. "En terme de force de frappe, de pouvoir et d'efficacité, le centre de gravité s'est déplacé. Il n'est plus au Pakistan ou en Afghanistan. La majorité des combattants ne sont plus ici", ajoute-t-il.
"Il semble que le leadership d'Al-Qaïda se soit déplacé dans des structures régionales au Yémen, en Syrie et probablement en Somalie", renchérit Imtiaz Gul, directeur du Centre d'études stratégiques à Islamabad.
"Al-Qaïda n'a pas besoin d'un chef charismatique comme Oussama Ben Laden, le mouvement a assez de carburant et de munitions idéologiques pour rester en vie", dit-il.
Aujourd'hui, des groupes inspirés de l'idéologie antidémocratique d'Al-Qaïda prolifèrent dans des pays comme la Libye, la Syrie ou l'Egypte, surfant sur le désarroi du "printemps arabe", et aussi en Afrique de l'ouest.  
Le président américain Barack Obama a soutenu la semaine dernière que le "noyau central" d'Al-Qaïda au Pakistan s'acheminait vers une "défaite" en raison entre autres des tirs de drones dans le secteur, mais un rapport récent des services de renseignement canadiens (SCRS) évoque plutôt un commandement endurant.

AFP
Jeudi 15 Août 2013

Lu 118 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs