Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Al Adl wal Ihsane de plus en plus rejeté : La marginalisation du discours intégriste




Al Adl wal Ihsane de plus en plus rejeté : La marginalisation du discours intégriste
Il conviendra avant toute chose d’apporter quelques éléments descriptifs indispensables à une bonne appréhension du sujet, qui permettent de situer idéologiquement les réactions d’Al Adl wal Ihsane relatives aux élections législatives marocaines du 25 novembre 2011. En effet, la Jamaâ d’Al Adl wal Ihsane est un mouvement islamiste salafiste, nettement positionné contre le régime politique marocain, prônant comme alternative un Etat reposant sur la charia, le retour vers une pratique fondamentaliste de l’islam ainsi que le califat comme unique organisation politique légitime et seul moyen de gouvernance tolérable.
Or, les élections législatives anticipées précitées ont permis de mettre en œuvre les dispositions progressistes de la Constitution adoptée par voie référendaire le 1er juillet de la même année, propulsant le Maroc vers la modernité institutionnelle et sociétale. Dans ce contexte, la Jamaâ a vu une autre de ses plus grandes craintes se réaliser lorsqu’en date du 27 novembre 2011, un communiqué du ministère de l’Intérieur annonçait que le Parti de la justice et du développement (PJD), islamiste modéré et légaliste, a obtenu 107 sièges sur les 395 qui étaient à pourvoir. Al Adl wal Ihsane réalise alors que le PJD, qui participe activement au jeu démocratique dans un cadre institutionnel légal, finira inexorablement par endiguer les sympathisants islamistes qui auraient pu, hypothétiquement, pencher dans le sens de la Jamaâ, marginalisant de la sorte davantage ce mouvement. Notons que les idées de la Jamaâ, empreintes d’intégrisme religieux, la mettent d’ores et déjà à l’écart de la scène politique nationale, qui, elle, est modérée et soucieuse de répondre aux impératifs universels de gouvernance.Les réactions d’Al Adl wal Ihsane n’ont pas tardé suite à l’annonce des premiers résultats du scrutin électoral. En effet, l’organisation a choisi de changer sa ligne stratégique, dès lors qu’elle a perçu les bouleversements qu’a connus le monde arabe durant l’année 2011 comme une  voie opportune, lui permettant, par mimétisme, de s’imposer comme une alternative. La Jamaâ, dans son raisonnement, n’a certainement pas pris la mesure de l’attachement des Marocaines et des Marocains à l’institution Royale et à l’islam. Celle-ci encourage un islam modéré et respectueux des droits et libertés. Depuis, Al Adl wal Ihsane fait partie d’un mouvement contestataire hétéroclite et disparate, que le manque d’adhésion populaire a cantonné à un rôle quasi inexistant. Relevons également le fait que la Jamaâ, à l’image de ce mouvement de protestation, refuse d’opérer son entrée en politique. L’explication donnée à ce refus est des plus simples : jouer le jeu de la démocratie comporte un risque pour les formations ne suscitant qu’une très faible adhésion populaire, dans la mesure où elles seront considérées comme non représentatives et seront amenées à disparaître. Seul ce positionnement contestataire et hors-système permet à ce type de mouvements de survivre.
Ainsi, si la Jamaâ s’est hasardée à remettre en cause les résultats officiels du scrutin, auquel elle n’a participé ni de près ni de loin, c’est dans l’unique but de rappeler à tous les acteurs institutionnels légitimes, dont les partis politiques, qu’elle existe encore. Et ce simple constat permet de mesurer le désarroi d’Al Adl wal Ihsane qui malgré plusieurs décennies d’existence, peine à convaincre et à rassembler autour d’elle les citoyens marocains qui eux, se sont clairement positionnés du côté du progrès incarné par la Monarchie.


* - Le  CEI est un groupe de réflexion et d’analyse basé à Rabat. Acteur actif du débat
afférent à la conflictualité
 saharienne et à certaines
thématiques nationales
fondamentales, le CEI a publié, en 2010, aux éditions Karthala, un ouvrage collectif
intitulé : « Une décennie de réformes au Maroc
(1999-2009) ». En janvier 2011, le CEI a rendu public, auprès du même éditeur, un second ouvrage titré,
« Maroc-Algérie : Analyses
croisées d’un voisinage hostile ». Il vient également de faire
paraître, aux éditions
précitées, un ouvrage portant sur « Le différend saharien devant l’Organisation des Nations unies ». Outre ses revues, libellées,
« Etudes stratégiques
 sur le Sahara » et « La Lettre du Sud marocain »,
le CEI compte par ailleurs
à son actif plusieurs supports électroniques entre autres, www.arsom.org,
www.saharadumaroc.net, www.polisario.eu
et www.ibn-khaldoun.com.

Centre d’études internationales
Mardi 6 Décembre 2011

Lu 861 fois


1.Posté par futurbarbu le 06/12/2011 13:03
le khalifat othomon a saigné les pays arabes à blanc les peuples et pays musulmans ;affaibli il cède l'algérie au colonialisme françcais et la palestine aux sionistes ; en andalousie les héritiers des trones ont semé la mort et finalement battus par les chretiens auquels ils se sont soumis pour conserver leurs biens et ont abandonné les peuples à leur sort ,pire les andalous ont été chassés de leur pays ,voici donc ou veut nous ramener le cadavre islamiste fanatique Yas.Il est l'ennemi déclaré de la démocratie donc des libertés individuelles et collectves des etres ,bref il veut nous jeter en enfer sur terre .

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs