Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“Aïcha”, le témoignage collectif d’une condition féminine difficile




“Aïcha”, le témoignage collectif d’une condition féminine difficile
«Aïcha» est l’intitulé d’un ouvrage collectif écrit par un groupe de lycéens à Agdz, petite ville située entre Ouarzazate et Zagora, sous la direction de leur professeur Lahcen Bougarne et publié en France en novembre 2012. Ce livre revient sur la condition de la femme berbère, notamment dans les régions du sud-est du pays. Publié aux éditions Edilivre, ce projet se fonde sur une idée simple, dit le professeur dans un entretien avec le site Al Maouja. «Pendant quatre années au lycée, j'ai poussé mes élèves à vivre de nouvelles expériences en matière d'écriture. Notre intérêt a été porté en premier lieu sur la mise en œuvre d'un journal scolaire, et en deux ans, les élèves sont devenus des journalistes en herbe», dit-il.
Il s’agit d’une compilation de thèmes comme de styles. Les uns parlent de science (voyage sur la lune, fièvre, sida...), les autres parlent de leur douar, de la vie scolaire au  lycée. En un mot, leurs centres d’intérêt sont variés et riches. «Un jour, je leur ai proposé d’écrire un roman», indique le jeune professeur, avant d’ajouter: «Je savais très bien que le mot ''roman'' peut faire peur à ces jeunes écrivains. Pour réussir le travail, j'ai tenté de leur faire aimer les œuvres étudiées en classe ».
Pour ce qui est la démarche à suivre, le professeur raconte qu’il s’est mis d’accord avec les élèves pour choisir d’abord le thème central, c’est-à-dire écrire une histoire qui parle de la vie des élèves à la campagne. Ensuite, l’on est passé aux autres sujets relatifs à la vie rurale, tels le jour du souk, une journée en classe, le Ramadan, l’Aid Al-Adha, la fête d’Alharma, la mort, le mariage précoce, le travail des femmes dans les champs et à la maison, le jour de l'examen, le voyage à Casablanca pour travailler, les vacances à la campagne... Tous ces thèmes ont été traités au travers d’un récit qui offre aux lecteurs une analyse sociologique de la vie à la campagne.
«Il faut dire qu’au début, personne ne croyait en la capacité des élèves de pouvoir écrire une bonne histoire. Mais, ce n’était qu’un jugement relatif qui va se dissiper vers la fin. Et c'est ce qui explique qu’il était impossible de le publier au Maroc. La difficulté est claire, puisque le professeur déclare avoir contacté plus de 10 éditeurs mais les réponses étaient diverses: l'un exigeait d'être un écrivain résidant au Canada ou en Europe, l'autre demandait une somme d'argent. La maison d'édition Edilivre a finalement accepté ce travail et au nom de mes élèves, le roman a été publié sous le titre "Aicha" avec comme auteur : "ouvrage collectif"», a-t-il expliqué.

M. Elouzi
Vendredi 28 Décembre 2012

Lu 322 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs