Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ahmed Zaïdi devant l’Assemblée parlementaire de l’UPM : “Les réformes actuelles constituent une révolution qui répond aux attentes des citoyens”




Le chef du Groupe socialiste à la Chambre des représentants, Ahmed Zaidi, a présenté récemment devant la Commission politique et des droits de l’Homme au sein de l’Assemblée parlementaire méditerranéenne,  les grandes lignes des réformes constitutionnelles du Maroc.
Lors de son intervention, Ahmed Zaidi  a mis l’accent sur les  avancées démocratiques, les grands chantiers structurants et les réformes constitutionnelles en comparaison avec les autres pays arabes qu’a connus, depuis une décennie, le Royaume.
La dynamique qui marque la vie politique marocaine, indique Ahmed Zaidi, est le fruit de la volonté et d’une vision démocratique et de l’adhésion de toutes les composantes politiques, partis, associations, société civile, syndicats, mouvement des jeunes, etc, pour mettre fin à la corruption, réaliser la justice sociale et préserver la dignité du citoyen et de sa progéniture.
Après avoir évoqué  la situation dans le monde arabe, le Maghreb et les changements  que vit le Maroc qui vient d’adopter une  nouvelle Constitution, il a fait savoir que cette dernière n’est pas créée du néant, mais émane d’une grande et importante expérience dont il s’est dit fier.
Il a, dans ce sens, passé en revue les étapes historiques importantes qu’a connues le Royaume qui avait depuis l’indépendance interdit le parti unique et dès 1962 instauré le multipartisme qui est en vigueur jusqu’à présent, mettant en relief la spécificité du Maroc dans le contexte actuel qui prévaut dans le monde arabe. Il a également mis en avant la dynamique des réformes lancées par S.M. le Roi Mohammed VI depuis son accession au Trône à travers notamment le nouveau Code de la famille, l’Instance équité et réconciliation (IER), l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), le Conseil consultatif des droits de l’Homme, la création de la Commission consultative sur la régionalisation, etc.
Il a  tenu à préciser également que le discours Royal du 9 mars  est venu à point nommé pour apporter des réponses aux exigences de l’étape et accélérer la cadence des réformes à même de rompre avec les pratiques  du passé.
Appréciées par toutes les composantes de la société, toutes tendances confondues, les réformes politiques et constitutionnelles annoncées constituent une révolution qui répond aux attentes et aux aspirations des citoyens marocains.  
Et de rappeler les sept fondements majeurs sur lesquels se base la nouvelle Constitution, à savoir la séparation et l’équilibre des pouvoirs, un Parlement issu d’élections au sein duquel la prééminence revient à la Chambre des représentants (1ère Chambre), la reconnaissance constitutionnelle pour la première fois de la composante berbère amazighe, la volonté d’ériger la justice en pouvoir indépendant, le renforcement du statut du Premier ministre, la constitutionnalisation de l’institution du Conseil de gouvernement et la constitutionnalisation des instances en charge de la bonne gouvernance, des droits de l’Homme et de la protection des libertés. Contrairement  à la procédure suivie, par le passé,  dans la préparation  des précédentes constitutions, une Commission consultative de révision de la Constitution a été mise en place  et est composée de 18 membres, tous universitaires et en même temps juristes, experts ou représentants de la société civile, a-t-il fait savoir. Le suivi du projet a été assuré par un mécanisme spécial composé de leaders politiques et syndicaux pour  assurer le suivi, la concertation et l’échange de points de vue sur les propositions de réforme.
Cette Commission a observé une démarche d’écoute et de concertations et  fait preuve d’imagination et de créativité, pour proposer une architecture rigoureuse en vue de  définir les pouvoirs des différentes institutions et leur permettre donc d’assumer pleinement leurs responsabilités.
Il a également présenté devant l’Assemblée les démarches qui ont été entreprises par la Commission consultative de révision de la Constitution avant d’être soumise au référendum.
Avant de conclure par rappeler les principaux axes de la nouvelle Constitution, dont  la méthodologie démocratique, inclusive et transparente (Constitution faite par les Marocains pour tous les Marocains) ; la consécration des fondements de l’identité marocaine, plurielle et ouverte ; le pacte linguistique refondé sur le pluralisme assumé et l’ouverture ; la véritable Charte des droits et libertés fondamentaux de la citoyenneté, ancrée au référentiel universel des droits de l’Homme.
La Constitution stipule  également le renforcement de l’égalité homme-femme par la consécration de la parité ; la souveraineté nationale et suprématie de la loi fondamentale ainsi que les principes forts en matière de bonne gouvernance, de moralisation de la vie publique et d’Etat de droit économique.

Larbi bouhamida
Mercredi 12 Octobre 2011

Lu 558 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs