Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ahmed Zaidi à la session extraordinaire de la Chambre des représentants : « L’Histoire nous a rendu justice »




Ahmed Zaidi à la session extraordinaire de la Chambre des représentants : « L’Histoire nous a rendu justice »
Dictée par l'impératif de finaliser les lois régissant les élections législatives prévues le 25 novembre prochain, l’actuelle session extraordinaire du Parlement a annoncé les couleurs de la rentrée politique par une entrée en matière où les élections tiennent le haut du pavé. La Chambre des représentants a procédé, dans ce cadre, à l’adoption de deux textes s’inscrivant dans ce processus, à savoir le projet de loi relatif au renouvellement des listes électorales générales et leur examen après leur traitement informatique et le projet de loi relatif aux conditions et modalités d’observation neutre et indépendante des élections.
« Nous contribuons à l’inauguration  de la première étape législative après l’approbation de la nouvelle Constitution  considérée par le Groupe socialiste et l’USFP comme étant une action qui jette les premiers jalons d’un Maroc nouveau qui répond aux aspirations et ambitions du peuple ainsi qu’à celles des forces nationales et démocratiques, politiques et civiles, dans le cadre d’un système politique démocratique fondé sur la transition progressive et sereine vers une Monarchie démocratique marquée par  l’équilibre des pouvoirs et leur harmonie vers un Maroc nouveau, développé et juste ». C’est en ces termes qu’a entamé, au nom de l’USFP, Ahmed Zaidi, chef du Groupe socialiste au Parlement, son intervention présentée  mardi lors  de la discussion du projet de loi relatif au renouvellement des listes électorales générales et leur examen après leur traitement informatique. 
Après avoir rappelé que l’USFP a mené des luttes politiques, juridiques  et administratives  et payé cher pour en arriver à l’étape d’aujourd’hui, c'est-à-dire le renouvellement des listes électorales générales,  Ahmed Zaidi a indiqué que l’histoire  a rendu justice au parti qui a milité  près d’un demi-siècle pour l’élection d’institutions représentatives.
Tout en  rappelant  que l’USFP qui a contribué à l’enrichissement du débat national et des pourparlers  entre le gouvernement  et les partis politiques  sur la première mouture du projet de loi relatif au renouvellement des listes électorales, Ahmed Zaidi a souligné dans son intervention  que l’USFP a insisté sur les fondements et les mesures préventives  et a proposé nombre d’actions opérationnelles, entre autres  la nécessité de la supervision judiciaire  sur les commissions administratives lors du renouvellement des listes au lieu des présidents des communes. De même que l'imposition de la Carte d'identité nationale comme unique document officiel pour les électeurs.
En vue de rendre plus difficile la tâche aux candidats qui optent pour des pratiques frauduleuses, l’USFP a demandé à travers un autre mémorandum l’élargissement des circonscriptions où le nombre des candidats gagnants ne doit en aucun cas être au-dessous  de quatre sièges.  Entre autres mesures  à même de compliquer la tâche des candidats qui dénaturent cette opération,  l’USFP a appelé à la mise en place d’une liste nationale pour les femmes garantissant le 1/3 dans la perspective de  la parité, un consensus permettant l’accès des jeunes et des élites au Parlement et un seuil fixé à 6% au niveau national.
Aujourd’hui, toutes les composantes de l’élite politique, gouvernement,  partis politiques, organisations, instances et citoyens, sont confrontés à une rude épreuve qui nécessite l’écoute mutuelle et  être à l’écoute de l’opinion publique, a-t-il poursuivi.
Le chef du Groupe socialiste a également souligné que  la question du renouvellement des listes électorales générales n’est nullement réduite à une simple opération technique, mais elle constitue un prélude  à la réussite ou à l’échec  de l’opération de scrutin.
« Nous devons rompre avec toutes sortes de pratiques néfastes qui nuisent à la vie politique et rétablir la confiance dans les institutions comme conditions à la stabilité et la participation », a-t-il conclu.

Larbi Bouhamida
Jeudi 15 Septembre 2011

Lu 581 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs