Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ahmed Tayeb Laalej : Un édifice incontournable




Ahmed Tayeb Laalej  :  Un édifice incontournable
Le théâtre marocain a connu ces dernières années, des hauts et des bas. Son «âge d’or» remonte sans contexte, aux années soixante et soixante-dix. Cette période nous habite toujours tant elle fut fructueuse pour le théâtre au Maroc.

Parmi les figures ayant marqué le théâtre pendant et après les décennies soixante et soixante-dix, Ahmed Tayeb Laâlej est dans la meilleure loge. En effet, son répertoire est long, riche et inoubliable.
La troupe de la «Maâmora» avec laquelle il s’est illustré a connu ses moments de gloire
Avec lui, la liste est longue.
«Wali Allah», «Al Haj Adama», «Aâmail Joha», autant de pièces adaptées de la manière la plus géniale qui soit.
Tayeb Laâlej n’est pas seulement un homme de théâtre, mais également une encyclopédie vivante. Un touche-à-tout, grâce auquel la chanson marocaine a, par ailleurs, trouvé un nouveau souffle, un souffle intarissable.
Dramaturge, parolier, adaptateur et interprète, Ahmed Tayeb Laâlej est un perfectionniste, doublé d’un comique à toute épreuve.
Là où il met la main, le succès est assuré, et l’admiration gagnée d’avance. Pourtant rien, ou presque, ne présageait une ascension aussi fulgurante.
Natif de Fès, en 1928, Laâlej était dans la menuiserie. Dans notre société, on sait que les artisans sont souvent gais et prennent la vie du bon côté. Mais pour lui, c’était plus que cela car déjà il découvrait en lui les potentialités artistiques qui allaient vite s’épanouir. Mais insatiable et ambitieux, il se prend d’abord en change, fouine et tente par tous les moyens de donner forme à ces talents.
Autodidacte, il cherche à se parfaire en suivant des stages à l’étranger où l’on est convaincu de son talent. D’ailleurs, il n’est pas donné à tout un chacun d’adapter des pièces qui s’inscrivent dans le patrimoine théâtral universel. «Tartuffe», «Les fourberie de Scapin», «Le bourgeois gentilhomme» de Molière sans parler de Jules Romain, Bertolt Brecht pour ne citer que ceux-là. Tout cela reste gravé dans nos mémoires, vu la crise de créativité que traverse actuellement le théâtre marocain.
Et pour revenir à la chanson dont il a enrichi le patrimoine, Tayeb Laâlej est un des rares paroliers à avoir su de façon ingénieuse, donner un charme inégalé au dialecte marocain qu’il a présenté d’une façon plus captivante, tout en respectant la morale, les sensibilités, bref notre identité religieuse, culturelle et sociale. En matière de théâtre, comme  en chanson, ses travaux représentent un capital inestimable et constituent pour la culture marocaine et arabe, un trésor que le temps ne peut entamer. Il suffit d’évoquer  «Mana Illa Bachar», interprétée par Abdelwahab Doukkali dans les années soixante et qui reste toujours un succès, ou «Khouyi, Khouyi» chantée par Latifa Raafat. L’un comme l’autre peuvent se prévaloir d’avoir été à la tête des hit-parades des années durant.
S’agissant de trésor, Laâlej en est un.
Un trésor et une mémoire à préserver, auxquels il faut toujours rendre hommage

Libé
Samedi 5 Juin 2010

Lu 1759 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs