Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ahmed Réda Chami à propos du projet de loi de Finances : “Le gouvernement se trompe”




Ahmed Réda Chami à propos du projet de loi de Finances : “Le gouvernement se trompe”
«Je pense que le gouvernement se trompe ». Ahmed Réda Chami, membre du Conseil national de l’USFP et de la commission des Finances et du développement économique à la Chambre des représentants, n’y est pas allé du dos de la cuiller. Invité, hier, de l’émission « Les matins luxe » de Luxe Radio, il a fait ressortir les nombreuses failles de l’actuel projet de loi de Finances. « Franchement s’il y avait quelque chose à changer dans ce projet avant de le déposer au Parlement, c’est bien l’impact de la sécheresse sur la croissance économique», a-t-il déclaré avant de rappeler que « lorsque le gouvernement sortant avait élaboré ce projet, il n’avait pas de visibilité sur les pluies. Là, les pluies ne sont pas tombées et donc on sait très bien que cela va avoir un impact terrible sur l’agriculture. L’actuel gouvernement prévoit environ deux milliards comme aides aux agriculteurs qui sont touchés, alors qu’il en faut six ». Il pourrait donc être obligé de réduire les investissements pour prendre ces quatre milliards et les consacrer  à l’agriculteur afin  de sauver une partie de la valeur ajoutée  agricole. Réda Chami estime la valeur ajoutée agricole produite par l’élevage à 40 % et précise que « si on apporte une aide vraiment ciblée à cette activité-là, elle touchera ces 40 % ». Concernant la céréaliculture, il a noté que lorsqu’on prend compte de « toutes les cultures, que ce soit celles d’automne ou du printemps, elle représente plus de 40 % et non seulement 20 % de la production agricole» comme certains le prétendent.
A titre d’illustration de l’unanime levée de boucliers contre l’actuel projet de loi de Finances, l’ancien ministre du Commerce et des Nouvelles technologies a rappelé qu’au sein de la commission parlementaire, « on est tellement alignés, majorité comme opposition » à telle enseigne qu’il dit avoir fait une boutade le premier jour en prenant la parole pour dire « vive la majorité » qui a si sévèrement critiqué le texte qui leur a été soumis « qu’on on n’aura vraiment plus rien à faire en tant qu’opposition ».
A propos du Fonds de solidarité dont la création est prévue par le projet de loi de Finances, il a annoncé qu’un amendement sera déposé par l’USFP pour que le nombre d’entreprises mises à contribution soit élargi et concerne toutes celles qui réalisent des bénéfices égaux ou supérieurs à 50 millions de DH. En outre, il estime que le fait de mettre deux milliards dedans sur une seule année  n’est pas suffisant et « ça manque de continuité ». « Moi, j’aurais évalué les besoins sur cinq ans et voir comment les couvrir et non le contraire. »
L’autre sujet abordé par Réda Chami concerne la fiscalité. « On attendait une véritable réforme fiscale »  destinée à «assurer davantage de revenus à l’Etat », à travers l’élargissement de l’assiette fiscale, une meilleure justice sociale, une taxation là où il le faut et une orientation des investissements vers les secteurs les plus productifs et à forte valeur ajoutée. Quand on taxe la plus-value immobilière à 20 % et le revenu du travail à 30 %, il y a un problème. Il faut donc revoir tout cela », a-t-il conclu.

Nezha Mounir
Mardi 3 Avril 2012

Lu 744 fois


1.Posté par Assou OU OUCHEN le 03/04/2012 20:00
l’analyse de Mr le député ( ex Ministre du gouvernement sortant ) n’est pas dénuée de bon sens , d’autant plus qu’il sait parfaitement de quoi il est question au sujet de cette fameuse Loi de Finances qui n’arrive pas à voir le jour, abstraction faite du contexte juridique où elle a été élaboré et réglera les mécanismes de sa discussion et son vote par le pouvoir législatif.

Ce qui attire , ou du moins doit attirer l’attention, aujourd’hui , ce ne sont pas les statistiques qui tendent à démontrer l’ampleur du manque à gagner au niveau des agrégats économiques de la croissance causé par la sécheresse qui sévit encore malgré des chutes de pluie sporadiques, mais l’énorme et injustifiable retard dans la mise en œuvre de cette loi de finances qui est en passe de devenir mythique.

En effet, mine de rien, le gouvernement est entrain de gagner le temps qu’il faut :

1/ pour ne pas s’aventurer dans des investissements qui risque de gonfler le déficit budgétaire en fin d’année, ce qui ne manquera pas de remettre en cause son engagement à le contenir dans une limite raisonnable censée conforter le taux de croissance,

2/ pour gagner des points au niveau de la qualité de gouvernance en imposant une situation de fait qui ne permet pas aux organismes publics d’être assez généreux en matière de dépenses d’exploitation puisqu’ils gèrent du provisoire sans aucune visibilité nette sur se que sera l’avenir proche. Donc pas de recrutement, pas de majoration de salaires, moins de missions, etc...

3 / pour avoir une excuse plausible à ne pas tenir dans l’immédiat les promesses faites au Patronat qui commence à prendre conscience du jeu stratégique que le Gouvernement est entrain de déployer : pas de nouvelles commandes effectives pour 2012, report prémédité des paiements des sommes dues au titre des commandes en cours.

2.Posté par EL ALLIOUI Brahim le 17/04/2012 01:53
Je suis entièrement d'accord avec Mr le député et surtout au niveau du dernier problème qu'il a annoncé et qu'on vit tous. Et j'ajoute que si on compte le noir dans l'immobilier, la taxe la plus-value immobilière sera très loin du 20 %

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs