Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ahmed Dahmani : Le retour des Marocains de Daech est dangereux à plusieurs titres


Selon ce chercheur en sciences politiques, la défaite annoncée de l’EI oblige les jihadistes à retourner dans leurs pays d’origine



Les renseignements du Maroc sont sur le qui-vive. Et pour cause, plus de trois cent ressortissants marocains, enrôlés dans les rangs de l’Organisation Etat islamique « Daech» s’apprêtent à rentrer au pays. Bien que certains d’entre eux cherchent à regagner d’autres théâtres de combats, la majorité des jeunes combattants marocains au sein de la nébuleuse terroriste entendent regagner leur pays d’origine : le Maroc. Avec, bien évidemment, tous les risques que cela suppose. 
 « Le retour des Marocains de « Daech » est dangereux à plusieurs titres, car il s’agit de personnes ayant été manipulées depuis le début par une machine de propagande terroriste. Ils ont aussi subi des formations sur le maniement d’armes et ont été surtout imprégnés d’une idéologie incitant à la haine et à la discrimination», explique Ahmed Dahmani, chercheur en sciences politiques.  
En effet, et après chaque bataille décisive, des dizaines voire des centaines de combattants appartenant à « Daech » tentent de retourner à leurs pays d’origine. L’on rapporte que chacun des combattants disposerait de l’argent nécessaire pour faire le déplacement vers une destination de son choix. 
La libération de Moussoul par les forces irakiennes, soutenues par les forces aériennes de la coalition internationale, l’état de siège de la ville de Reqqa, déclarée capitale des sympathisants d’Abou Bakr Al Baghdadi, ainsi que l’annonce quasi-officielle par les leaders de cette organisation terroriste de la mort de leur «cheikh»… autant de facteurs qui poussent actuellement les jihadistes à choisir leurs destinations futures. 
A souligner, dans ce contexte, que nombre de pays européens, dont la Hollande et la Belgique, refusent d’accueillir sur leur sol des personnes  ayant fait partie de l’organisation terroriste, sur la base de décisions juridiques. La mise en œuvre desdites décisions a été entamée depuis la guerre pour la libération de Mesrata en Libye, quand près de six cent combattants dont certains de nationalités européennes voulaient regagner leurs pays. 
Par ailleurs, la presse internationale a indiqué que des rapports émanant des renseignements de plusieurs pays européens appellent à une alerte maximale, mettant en garde contre d’éventuels attentats terroristes qui pourraient être commis dans plusieurs pays, tels que l’Angleterre, la Belgique, l’Italie, l’Espagne ou la France. 
Selon les mêmes sources, des cellules dormantes comprenant des éléments non fichés par les services sécuritaires européens seraient dans l’attente de recevoir des ordres de leurs commanditaires en vue de perpétrer des attentats terroristes dans des lieux sensibles sur le plan sécuritaire ou touristique. 
 

Mustapha Elouizi
Jeudi 27 Juillet 2017

Lu 1012 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs