Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ahmed Bardouhi : Benkirane ne fait que détourner le débat public sur la régionalisation




Ahmed Bardouhi : Benkirane ne fait que  détourner le débat public sur la régionalisation
Suite à une retraite les 6, 7 et 8 juin à Ifrane, 
la Coalition civile pour une régionalisation 
démocratique a rendu public un communiqué par lequel elle présente ses vues quant àl’agenda gouvernemental, 
à la vision d’une 
régionalisation 
démocratique et des thèmes à pourvoir dans ce contexte. Ahmed 
Bardouhi, coordinateur de la Coalition pour une régionalisation 
démocratique, présente dans cet entretien quelques réponses 
à Libé …
 
Libé : Le chef du gouvernement vient d’annoncer l’agenda gouvernemental pour les prochaines échéances dont celles relatives à la région, qu’en pensez-vous ? 
 
Ahmed Bardouhi : A notre avis, cette manière de procéder n’a rien compris dans les termes de la nouvelle constitution, et c’est là une attitude qui commence à devenir une habitude du chef du gouvernement. Nous considérons que c’est là aussi une manière de détourner le débat de la société pour le confiner au sein des différentes institutions officielles. La société civile a de nouveaux rôles constitutionnels et l’on doit les consacrer dans la pratique, et le gouvernement est appelé, plutôt obligé à respecter ces rôles… 
 
Quel bilan après votre rencontre d’Ifrane ? 
 
Bien évidemment, notre rencontre d’Ifrane se voulait évaluative, dans la mesure où nous avons déjà près de cinq mois d’existence en tant que coalition, et que nos activités ont atteint les sept rencontres thématiques régionales. Le bilan est positif, sur le plan quantitatif, puisque nous avons mobilisé les acteurs associatifs et communaux de plusieurs régions : Ouarzazate, Nador, Safi, Sidi Kacem, Tahla, Khémisset… 
 
Quelle approche suivez-vous au sein de la Coalition? 
 
Il est clair qu’à partir de notre conviction indéfectible donnant la régionalisation comme une donne incontournable pour une démocratisation de l’Etat et de la société. Nous estimons ainsi que la société civile, partant de ses rôles constitutionnels, a le droit de débattre de cette thématique combien importante, mais aussi  de s’attaquer aux thèmes majeurs qui offrent à la région sa place de choix et l’aide à récupérer ses atouts. Nous sommes certains que chaque région aujourd’hui dispose de potentialités énormes à capitaliser, il n’y a que le cadre politique, législatif et légal qui freine l’élan et l’essor de plusieurs régions. 
 
Dîtes nous exactement ce qu’on doit redresser dans ce contexte ? 
 
Il est inadmissible que des régions riches en matières premières et en potentialités naturelles soient comptées parmi les  régions les plus pauvres. Comment dire que le Sud-est pauvre alors qu’il dispose de mines riches telles que l’argent et le Manganèse ? Comment peut-on concevoir la condition sociale des populations de montagnes, alors que les forêts sont pillés, en dehors de la loi, par une poignée de gens qui répartissent tacitement les richesses, et même chose pour les carrières et les richesses maritimes ? Donc, le principe de la répartition équitable des richesses et la justice fiscale, en faveur des régions reste aussi une piste à suivre …
 
L’on vous rétorque certainement que les élites régionales ne sont pas encore prête à davantage d’attributions ? 
 
Si certes, mais il faut toujours se rendre compte que le processus de démocratisation est un exercice de toutes les composantes de la société sur les mécanismes et principes de la démocratie. On n’apprend la démocratie que dans un système démocratique, et non le contraire… Et puis, ce sont des années durant d’enfermement politique et de centralisation qui ont donné lieu à une pareille situation, tous ceux qui veulent faire carrière politique devraient d’abord passer par Rabat, ce qui a vidé les régions de leurs potentialités et leurs énergies, tout le contraire de la situation sous d’autres cieux, en Amérique ou en Europe…
 
Quel est votre programme pour le reste de cette année ? 
 
Après les différentes rencontres de mobilisation associative autour de ce projet, la prochaine étape portera sur trois volets. Le premier porte sur le reste des rencontres qui vont avoir lieu à Béni Mellal, Tétouan, Agadir, Dakhla et Laâyoune … l’on va enchaîner sur un séminaire au sein du parlement avec des rencontres avec les groupes parlementaires et enfin un point de presse qui va clore notre plaidoyer afin de présenter à l’opinion publique le rapport global de notre démarche. 
 

Propos recueillis par Mustapha Elouizi
Vendredi 13 Juin 2014

Lu 799 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs