Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Agressions contre les enfants et exploitation des mineurs en nette progression

Bassima Hakkaoui joue la spectatrice




Agressions contre les enfants et exploitation des mineurs en nette progression
Nos enfants sont-ils à l’abri des agressions? Non, à en croire Bassima Hakkaoui, ministre de la Solidarité, de la Femme, de la Famille et du Développement social, qui a indiqué que ce fléau social  est en nette  progression. En 2011, près de 7.397 affaires d’agression ont été enregistrées contre 6.818 en 2010, soit une hausse de 8,49%. La bonne nouvelle, c’est que les agressions sexuelles ont baissé de 18% en 2010 à 13% en 2013. Des agressions qui visent de plus en plus les enfants de sexe masculin. Leur nombre est passé de 47% en 2010 à 54% en 2011 à l’inverse des filles qui ont vu baisser le taux des agressions dont elles font l’objet de 53% en 2010 à 46% en 2011. Intervenant lors de la séance des questions orales à la Chambre des représentants,  la ministre a indiqué, par ailleurs, que le phénomène de l’exploitation sexuelle des mineurs est en forte évolution comme en attestent les chiffres alarmants enregistrés d’une année à l’autre.  « L’année en cours a enregistré 11 affaires d’exploitation sexuelle de mineurs, soit une hausse de 74% et la poursuite de 13 personnes. L’année 2013 a été marquée par 35 affaires d’encouragement de la prostitution de mineurs et la poursuite de 69 personnes.
Que compte faire la ministre pour lutter contre ce danger social? Pas grand-chose. Bassima Hakkaoui estime que les efforts doivent se concentrer d’abord sur l’élaboration d’études anthropologiques et sociales sur ce sujet et essayer d’appréhender  les  facteurs socioéconomiques susceptibles d’influer sur la propagation de ces agressions à court et  long termes.  Et qu’en est-il du volet juridique, plusieurs fois critiqué par les associations œuvrant dans ce secteur? Rien non plus. La ministre s’est contentée seulement d’énumérer, à qui voulait l’entendre, que le pays dispose de centaines de centres et d’unités pour accueillir les enfants victimes d’agressions.
 En effet, depuis 1958, le Code pénal protège l’enfant contre tout mauvais traitement allant du mauvais exemple que les parents ou les tuteurs peuvent lui donner jusqu’à la protection contre toute agression à laquelle il peut être exposé. C’est-à-dire sa protection contre tout ce qui peut nuire à son éducation, à sa moralité, à son intégrité physique et à sa survie.  
L’engagement pris par le Maroc de  respecter les droits de l’enfant a été couronné par la promulgation de la loi 24-03 en 2003 qui complète le Code pénal et renforce le droit de l’enfant à la protection contre toutes les formes de violences, de négligence et d’exploitation. Ainsi, toute agression est-elle punie de prison (de 5 ans à 30 ans).  Pourtant, malgré cette bonne volonté, le fossé entre les textes juridiques et la réalité est large comme en témoignent les défenseurs de la protection de l'enfance estimant que  les jugements ne sont pas à la hauteur des crimes commis et que l'application même de cette loi pose problème. En effet, ces défenseurs rappellent qu’un nombre important d’inculpés dans des affaires d’agressions sexuelles ont bénéficié de jugements plus que cléments puisque certains d’entre eux ont écopé de quatre mois de prison pour des délits passibles de 10 à 20 ans de prison, au cas où les dispositions pertinentes du Code pénal leur seraient appliquées avec la rigueur voulue.  Le cas le plus édifiant demeure celui du citoyen français arrêté à Marrakech avec en sa possession 17.000 photos d’enfants et 140.000 vidéos à caractère pornographique mettant en scène des mineurs. Il a été condamné  à quatre ans de prison avant de bénéficier d’un allégement de peine. Pire, il va être gracié et quittera la prison après une année de détention. Un exemple qui en dit long  sur le problème de l’application de la loi en pareils cas.

Hassan Bentaleb
Mercredi 12 Juin 2013

Lu 506 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs