Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Aggravation de 10,2% du déficit commercial en 2012, selon l’Office des changes

L’essentiel des échanges s’est fait avec l’Europe (61,8%), alors qu’avec l’Afrique il n’a pas dépassé 6,5%




Aggravation de 10,2% du déficit commercial en 2012, selon l’Office des changes
Selon l’édition provisoire  après six mois- du rapport du commerce extérieur du Maroc pour l’année 2012, établi par l’Office des changes (OC), le déficit commercial s’est aggravé davantage durant cette année. Alors qu’il se situait à 182,77   milliards de dirhams (MMDH) en 2011, il a empiré en 2012 en s’élevant à 201,47 MMDH.
Une  aggravation qui représente 10,2% de PIB, ce qui a ramené le déficit commercial à 24% du PIB contre  22,8% en 2011.
En somme, la valeur des transactions sur marchandises avec l’extérieur s’est accrue de 7,1% en passant de 532.764 millions de dirhams (MDH) en 2011 à 570.777 MDH en 2012, soit une plus-value de 38.013MDH.
Cette évolution trouve son explication dans la dépendance du Maroc à l’étranger  en ce qui concerne ses besoins en énergie et en biens d’équipement. En effet, l’OC a précisé que cette évolution est le résultat  de l’aggravation du déficit structurel de la balance énergétique qui a atteint 99,20 MMDH en 2012 conjugué au déficit relevé au titre des produits finis d’équipement, soit -45,909 MMDH, lesquels représentent, à eux seuls, 72% du déficit global.
Au vu du déphasage entre l’évolution des exportations  et celle des importations, le taux de couverture a baissé  s’établissant  à 47,8% contre 48,9% en 2011.
Dans le détail, il y a lieu de citer  une hausse de 7,9% des importations, qui sont passées de 357,77 MMDH à 386,12 MMDH, accompagnée d’une hausse de 5,5% des exportations, soit plus de 184,65 MMDH contre 174,99 MMDH, mais en deçà  des 386,12 MMDH d’importations.
Néanmoins, il est à signaler que l’effort d’exportation, mesuré par le rapport entre les exportations et le PIB a, timidement,  évolué, s’établissant à 22% en 2012 contre 21,8% en 2011, alors que le taux de pénétration des importations, mesuré par le rapport entre les importations et la demande interne, représente 37,3% contre 36,3% une année auparavant. Quant aux exportations, leur progression résulte essentiellement de la hausse des ventes de produits finis de consommation de 17,9% et des produits énergétiques de 60,6%.
Par ailleurs, la ventilation du déficit commercial par pays a révélé que l’Arabie Saoudite a occupé le premier rang en 2012, suivie par la Chine vu le développement des importations relevant, pour l’essentiel, des biens finis d’équipement industriel et des produits finis de consommation.
L’essentiel des échanges a été effectué avec l’Europe au cours de cet exercice. La répartition géographique des échanges commerciaux est, quant à elle restée inchangée, dominée par l’Europe avec 61,8% du total des échanges contre 59,6% en 2011,  (59% à l’importation et 61,8% à l’exportation). Notons que l’échange  avec l’Afrique reste faible (6,5%).

M.T
Samedi 15 Juin 2013

Lu 559 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs