Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Afghanistan : La CIA pessimiste au sujet de la victoire




Afghanistan : La CIA pessimiste au sujet de la victoire
Les Etats-Unis sont face à une guerre «plus dure et plus lente qu'anticipé» en Afghanistan, malgré les coups portés à Al-Qaïda, qui semble affaiblie comme jamais, a estimé dimanche le directeur de la CIA, Leon Panetta.
C'est «une rude bataille. Nous faisons des progrès. Mais (la guerre est) plus dure et plus lente qu'anticipé», a reconnu M. Panetta, lors d'une interview rarissime en direct sur la chaîne américaine ABC, quelques jours après la démission du chef des forces alliées sur place, le général Stanley McChrystal, et l'annonce de son remplacement par le général David Petraeus.
M. Panetta, désigné l'an dernier à la tête de la centrale américaine du renseignement par le Président Barack Obama, a cependant insisté sur les points remportés dans le combat contre Al-Qaïda, estimant que la nébuleuse islamiste n'avait «probablement» jamais été aussi affaiblie depuis le 11-Septembre et sa fuite d'Afghanistan.
M. Panetta a estimé qu'Al-Qaïda comptait désormais «50 à 100» combattants «peut-être moins», la plupart se trouvant dans les zones tribales du nord-ouest du Pakistan, près de la frontière afghane, soit «le terrain probablement le plus difficile du monde» pour leurs poursuivants.
M. Panetta s'est néanmoins montré relativement optimiste de finir par débusquer Oussama ben Laden, relevant que les Etats-Unis et leurs alliés étaient parvenus à éliminer plus de la moitié des membres dirigeants du mouvement.
«Nous continuons de les perturber. Nous continuons à avoir un impact sur leur chaîne de commandement et de contrôle. Nous continuons à avoir un impact sur leur capacité de planifier des attaques» aux Etats-Unis, a affirmé le patron de la CIA. «Il y a quelques semaines nous avons fait tomber leur numéro trois» Mustafa Abou al-Yazid, a-t-il rappelé.
«Si nous maintenons cette pression, je pense que nous finirons par obliger ben Laden et (le numéro deux d'Al-Qaïda Ayman) al-Zawahiri à sortir de leur tanière et par les poursuivre», a espéré M. Panetta.
Il a toutefois reconnu que les services de renseignement américains n'avaient plus d'informations précises sur la localisation de ben Laden depuis sa fuite d'Afghanistan vers le Pakistan au début de la décennie.
Depuis Toronto, où il a participé au sommet du G20, M. Obama a lui aussi estimé lors d'une conférence de presse qu'Al-Qaïda était «clouée au sol et affaiblie, en partie parce qu'elle ne peut plus diriger» l'Afghanistan comme elle le faisait avant le 11-Septembre.
Sur le plan militaire, M. Panetta a estimé que «la question clé est de savoir si les Afghans acceptent d'assumer la responsabilité» de la lutte contre les insurgés une fois que les troupes étrangères auront quitté le pays.
M. Obama a lancé en décembre dernier le déploiement de 30.000 GI's supplémentaires en Afghanistan dans l'espoir de repousser les talibans et de commencer à rapatrier les soldats américains à l'été 2011. M. Panetta a assuré que la stratégie suivie par Washington était la bonne, même si «ce ne sera pas facile».
Mais le calendrier prévu paraît de plus en plus douteux du fait de la résistance des combattants islamistes. Selon le journal britannique The Independent on Sunday, la démission du général McChrystal serait consécutive à un briefing lors duquel ce dernier a averti l'Otan qu'il ne fallait attendre aucun progrès dans les six mois à venir, mettant ainsi en doute la possibilité d'entamer le retrait des troupes américaines dès juillet 2011.


Cinq soldats de l'Isaf tués

Cinq soldats de la Force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf) ont été tués dimanche en Afghanistan, a annoncé la force placée sous commandement de l'Otan.
Quatre militaires norvégiens ont été tués dans l'explosion d'une bombe dans le nord du pays; un cinquième soldat de l'Isaf a péri lors d'une attaque menée par des insurgés dans le Sud.
Depuis le début du mois, plus de 90 militaires de la force internationale ont été tués en Afghanistan, ce qui en fait le mois le plus meurtrier pour les forces étrangères depuis le début du conflit, fin 2001.

AP
Mardi 29 Juin 2010

Lu 602 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs