Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Accord-surprise à Genève pour amorcer une désescalade en Ukraine

Espoirs d'apaisement rapidement estompé




Accord-surprise à Genève pour amorcer une désescalade en Ukraine
Les Occidentaux, Kiev et Moscou ont conclu un accord jeudi à Genève pour une désescalade rapide des tensions en Ukraine au bord de l'éclatement, espoirs d'apaisement vite douchés par des déclarations de Barack Obama.
 Le président américain a déclaré n'avoir aucune certitude que l'accord conclu permette une désescalade sur le terrain et prévenu que d'autres sanctions américaines et européennes à l'encontre de Moscou seraient prises en cas d'impasse.
 "Je ne pense pas qu'on puisse être sûr de quoi que ce soit à ce stade. La possibilité existe que la diplomatie puisse conduire à une désescalade de la situation", a-t-il déclaré depuis la Maison Blanche.
Mais, a-t-il souligné, "il faudra encore plusieurs jours pour voir si les déclarations se concrétisent".
L'accord, qui prévoit notamment le désarmement des groupes armés illégaux et l'évacuation des bâtiments occupés, paraissait hors d'atteinte pour les diplomates avant la réunion. 
 "Tous les groupes armés illégaux doivent être désarmés, tous les bâtiments saisis illégalement doivent être rendus à leurs propriétaires légitimes, toutes les rues, les places et les autres lieux publics dans les villes ukrainiennes doivent être libérés", indique le document.
 La mission de surveillance de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) sera chargée d'aider les autorités ukrainiennes à mettre en œuvre ces mesures.
 C'est le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, qui a le premier annoncé l'accord lors d'une conférence de presse. Moscou avait multiplié ces derniers jours les déclarations de fermeté, le président Vladimir Poutine lançant une nouvelle fois jeudi la menace voilée d'un recours à la force en Ukraine.
 "Nous avons approuvé un document, la déclaration de Genève du 17 avril, dans lequel nous sommes d'accord sur la nécessité de prendre des mesures initiales concrètes pour obtenir une désescalade des tensions et pour assurer la sécurité de tous les citoyens ukrainiens", a déclaré M. Lavrov.
 La diplomate en chef de l'Union européenne, Catherine Ashton, qui représentait l'UE à ces discussions quadripartites, a souligné que "l'OSCE doit jouer un rôle dirigeant" dans l'application de l'accord, dont le texte prévoit que les Etats-Unis, l'UE et la Russie sont prêts à fournir des observateurs.
 De son côté, le Premier ministre britannique, David Cameron, a indiqué avoir accepté de collaborer avec M. Obama sur le renforcement des sanctions contre Moscou, et promis 1,2 million d'euros supplémentaires pour une mission de surveillance en Ukraine.
 Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a salué l'accord et encouragé toutes les parties à montrer "le sérieux de leur engagement et leur bonne foi et à mettre en œuvre les mesures contenues dans l'accord de Genève qui contribuera à une solution durable à cette crise".

AFP
Samedi 19 Avril 2014

Lu 399 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs