Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Accord intercoréen sur des réunions de familles

Elles seront de six jours, du 20 au 25 février




Accord intercoréen sur des réunions de familles
Les deux Corées ont conclu mercredi un accord qui permettra à certaines familles séparées depuis la guerre de 1950-53 de se retrouver ce mois-ci pendant quelques jours, malgré les efforts du Nord pour que Séoul renonce à ses manœuvres militaires annuelles avec les Etats-Unis.
Les accords de ce genre sont rares entre les deux Corées, et par le passé il est arrivé que le Nord empêche à la dernière minute la tenue de telles réunions de famille. Des réunions de ce type ont ainsi été annulées en septembre dernier par la Corée du Nord.
L'accord prévoit qu'elles reprendront pour six jours, du 20 au 25 février, dans les montagnes sacrées de Kumgang, du côté nord de la frontière, a déclaré le ministère sud-coréen de l'Unification.
Pour conclure cet accord, des négociateurs de Séoul et de Pyongyang se sont rencontrés mercredi à Panmunjom, village sur la ligne démilitarisée (DMZ) qui marque la frontière entre les deux pays depuis l'armistice de 1953. Lors de précédentes réunions, une centaine de familles avaient été autorisées à se retrouver pour quelques jours.
La guerre a divisé des millions de familles, et les voyages privés de part et d'autre de la ligne de démarcation, tout comme les appels téléphoniques d'une Corée à l'autre, ont été interdits après le conflit. Plus de 70.000 Sud-Coréens cherchent à retrouver des membres de leurs familles vivant au Nord. Un tirage au sort est effectué pour désigner les chanceux, habilités à prendre part à ces réunions de familles.
Officiellement, la Corée du Nord n'a pas lié cette année les réunions de famille à sa demande d'annulation des manœuvres militaires américano-sud-coréennes qui doivent commencer ce mois-ci. L'intention de Pyongyang est cependant claire, ont déclaré des responsables du Sud.
La tension est remontée brutalement l'an dernier dans la péninsule coréenne, Pyongyang réagissant vivement au renforcement des sanctions des Nations unies imposé en réplique au dernier essai nucléaire en date de la Corée du Nord.
"Leur ton (des Nord-Coréens) est différent cette année. Ils disent 'S'il vous plaît, ne faites pas ceci', quand par le passé ils menaçaient d'une intervention militaire si les manoeuvres militaires étaient maintenues", explique Kwak In-su, chercheur à l'Institut de stratégie nationale, à Séoul, et ancien espion nord-coréen passé au Sud en 1995.

AFP
Jeudi 6 Février 2014

Lu 88 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs