Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Accord entre putschistes et forces loyalistes au Burkina Faso

Michel Kafando annonce son retour au pouvoir




Michel Kafando, le président par intérim du Burkina Faso déposé la semaine dernière par un coup d'Etat, a annoncé mercredi matin qu'il était de retour au pouvoir et que son gouvernement civil de transition était rétabli dans ses fonctions.
"Je suis de retour", a-t-il dit lors d'une brève allocution devant les journalistes réunis au ministère des Affaires étrangères. "La transition est de retour", a-t-il ajouté.
Les putschistes et les forces loyales au gouvernement de transition au Burkina Faso ont signé mercredi matin un accord censé éviter des affrontements et qui doit ouvrir la voie au rétablissement du président Michel Kafando dans ses fonctions, a annoncé un chef tribal impliqué dans la médiation.
Le Régiment de sécurité présidentielle (RSP), l'unité d'élite à l'origine du coup d'Etat mené la semaine dernière par le général Gilbert Diendéré, accepte de se retirer des rues de Ouagadougou et de regagner ses casernes. Les forces loyales au gouvernement de transition acceptent pour leur part de se retirer à 50 km de la capitale.
"Ils veulent éviter des affrontements entre soldats. Ce sont ceux qui doivent protéger la population et ses biens. J'implore chacun au pardon", a ajouté Mogho Naaba, chef de file de la communauté ethnique des Mossi.
Aux termes de l'accord, signé aux premières heures, avant l'arrivée des médiateurs ouest-africains à Ouagadougou, les soldats d'élite du Régiment de sécurité présidentielle vont être confinés dans leur base, Camp Naba Koom II. Ils s'engagent aussi à dresser dans les 72 heures l'inventaire de leur arsenal.
A la suite d'un sommet de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cedeao) qui s'est tenu mardi dans l'urgence, les présidents de six pays - Sénégal, Togo, Bénin, Ghana, Niger et Nigeria - étaient attendus mercredi au Burkina Faso pour s'assurer du rétablissement dans ses fonctions du président Michel Kafando.
Après avoir été relâché par les putschistes, Kafando a trouvé refuge lundi à la résidence de l'ambassadeur de France à Ouagadougou. Son Premier ministre, Yacouba Isaac Zida, a pour sa part regagné sa résidence officielle dans la capitale mardi matin. (voir )
Le RSP était un des piliers du régime du président Blaise Compaoré, chassé du pouvoir par la pression de la rue en octobre 2014 pour avoir voulu changer la Constitution et prolonger ainsi ses 27 années à la tête du pays.
Le chef des putschistes, le général Gilbert Diendéré, ancien bras droit de Compaoré, a dit avoir agi pour empêcher la dissolution du RSP et pour protester contre la mise à l'écart d'alliés de l'ancien président pour les élections qui doivent parachever la transition. Elles étaient théoriquement prévues pour le 11 octobre.

Samedi 26 Septembre 2015

Lu 594 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs