Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Abus de pouvoir contre l’épouse de l’ex-directeur de l’information : Ali Bouzerda débouté en appel




Abus de pouvoir contre l’épouse de l’ex-directeur de l’information : Ali Bouzerda débouté en appel
La Cour d’appel administrative de Rabat a confirmé en appel le verdict rendu en première instance, dans le conflit  entre la journaliste Meryem Herrag et le directeur  de la MAP, Ali Bouzerda, accusé d’abus de pouvoir et sommé d’annuler les mesures « arbitraires » prises contre la journaliste.   En première instance, le tribunal administratif de Rabat avait, rappelle-t-on, au mois de juin 2010, ordonné l’annulation de la mutation de Meryem Herrag, chef du secrétariat de presse, au service des archives. Cette mesure avait été  décidée par vengeance, au lendemain de la démission de Taieb Dekkar, mari de la journaliste plaignante, de ses fonctions de directeur de l’information.
Dans son verdict, le tribunal, qui avait admis l’existence d’une relation directe entre la démission de M. Dekkar et la mutation de son épouse aux archives de la MAP, avait également ordonné la réparation du préjudice qui en avait découlé.
Il avait considéré que les circonstances dans lesquelles cette mesure a été prise ne visaient pas l’intérêt général, ce qui constitue une dérive dans  l’utilisation du pouvoir, accusant par ailleurs l’administration de la MAP d’avoir déformé le sens d’une lettre au DG de la journaliste qui, dessaisie arbitrairement de ses codes d’accès aux différents services d’information de l’agence, tout en étant chef du service, avait dégagé sa responsabilité dans toute éventuelle erreur ou faute. La journaliste était défendue par maître Mohamed Essebbar. Ali Bouzerda, défendu par maître Abdellatif Wahbi, avocat officiel de l’agence,  interpréta cette lettre comme une demande de mutation à un autre service. «La décision de la MAP fut donc fondée sur un argument fallacieux», avait ajouté la juridiction. La décision de la MAP, au vu de cette interprétation, reste donc sans fondement juridique ou réel», a souligné la Cour d’appel, récusant la thèse de l’intérêt général pour justifier cette mesure qui est, en conséquence, caractérisée d’abus de pouvoir, recommandant son annulation, ajoute la Cour d’appel.  
C’est la première fois que Bouzerda, qui n’aurait plus remis les pieds à la MAP depuis le 25 septembre 2010, est condamné pour abus de pouvoir. Bien qu’il soit en disgrâce, il continue à être décrié par les journalistes qui, dans un récent sit-in devant le  siège de l’agence, ont réclamé son départ, lançant des slogans à la mode du genre « Bouzerda dégage ».

Libé
Lundi 4 Avril 2011

Lu 1491 fois


1.Posté par hmina le 04/04/2011 11:24
Quelle débandade !
mais c'est la décadence de cette administration
et vous dites que les choses sont bien prises en main
Qui s'occupe de la MAP ?

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs