Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Abderrazak Berrada n’est plus Hommage d’un ami




Abderrazak Berrada n’est plus Hommage d’un ami
Berrada Abderrazak est décédé le 21 avril 2013 à l’hôpital à Genève. Ses obsèques ont eu lieu le jeudi 25 avril 2013 à Rabat où il a été enterré au cimetière des Chouhada en présence des membres de sa famille et de ses très nombreux amis.
Il était mon ami depuis près de soixante ans. Esprit brillant, il avait fait des études empreintes d’excellence. Après son baccalauréat en mathématiques, ses préparations à Math Sup et Math Spé, il avait intégré la prestigieuse Ecole supérieure d’électricité (SUPELEC) de Paris. Tout de suite, après l’indépendance du Maroc, il fut le premier ingénieur en chef de la radio diffusion marocaine du temps de feu Kacem Zhiri. Il a ensuite rejoint le ministère des PTT où il a été le senior de nombreux camarades, amis ingénieurs et cadres (plusieurs d’entre eux occuperont par la suite des postes prestigieux comme Benabdallah, Mohamed El Aoud, Abdeladhim Skalli, Mohand Laenser et un peu plus tard Mohamed Wakrim, etc …). Il fut le premier Marocain secrétaire général du ministère des PTT et ce jusqu’en 1967. Il lui incombera la difficile tâche de la marocanisation du département. Tous ses amis, ses collaborateurs et ses camarades gardent un souvenir émouvant et très fort de ce passage au ministère où son ouverture d’esprit, son sens du devoir, son dévouement à la chose publique et à l’intérêt général et surtout ses compétences techniques et administratives ont été unanimement reconnues et appréciées. Il représentait le Maroc à plusieurs conférences internationales et fut élu en 1965 à l’UIT par la conférence des plénipotentiaires à Montreux comme membre parmi les 5 représentants qui composent l’IFRB.
Quand il rejoint en 1967 l’Union internationale  des télécommunications à Genève, sa notoriété était déjà grande. Il fut successivement président du comité des fréquences. Il exerça différents mandats de 1967 à 1989 à l’IFRB (International frequency register board) dont il assura la présidence en 1968, 1971, 1975, 1980 et 1989. Il fut également élu président en 1998 du comité des six  à la conférence des plénipotentiaires de l’UIT à Minneapolis et enfin président du groupe des experts en 2002 de la conférence plénipotentiaire pour les réformes de l’UIT. Tout au long de sa carrière internationale, il a présidé de nombreuses réunions spécialisées et a assisté à de très nombreuses conférences dans le monde entier. Scientifique hors pair, intelligent, esprit vif mais d’une grande modestie et discrétion, il est resté ouvert jusqu’à ses derniers instants à toutes les innovations et évolutions technologiques du secteur des télécommunications qui ont révolutionné en moins d’un demi-siècle toutes les relations internationales, nationales, professionnelles et individuelles.
Après son départ en retraite de l’UIT, il a, pendant quelques années de 1990 à 2002, travaillé comme conseiller à la mission marocaine auprès des organismes de l’ONU à Genève et représentant du Maroc à l’UIT. De retour à Rabat en 2008 et atteint de myopathie qui l’a obligé à se déplacer avec une chaise roulante, il a gardé un esprit d’une vitalité étonnante, curieux de tout, très au fait des questions politiques, scientifiques et culturelles et très versé dans tout ce qui intéresse l’Histoire de notre pays. Ses amis et ses nombreux visiteurs chez lui à Rabat ne pouvaient un instant deviner son handicap voyant son intérêt pour tout, à travers les discussions, par son utilisation de toutes les facilités que donne Internet et par les nombreux ouvrages qu’il dévorait.
Au moment de sa disparition, je voudrais avoir des pensées particulières très émues pour son épouse, Zhor née Bennis, sa compagne depuis presque six décennies qui l’a toujours soutenu, aidé au cours de sa longue carrière avec dévouement, fidélité, générosité et grandeur d’âme. J’associe à cette grande dame ses enfants, Hind, Malika et son époux, Yassine et son épouse, ses petits enfants Hicham, Younès, Inès, Sahra. Ses sœurs Maria Benyakhlef, Naima Naciri, Najia et leur frère Si Mohammed.
Mes condoléances très sincères aux deux frères de mon ami défunt : Ali et Said et à ses sœurs Zhor, Badia et Naima.
Très liés également avec notre défunt, mes amis Berrada Abdessalam, Hachmi Benghabrit, Tazi Abdelkhalek et Mohammed Wakrim se joignent avec émotion à cet hommage auquel ils ont participé et renouvellement leurs condoléances à toute la famille Berrada et à ses proches.
Notre grand ami Abderrazak s’est éteint paisiblement entouré de l’affection des siens et de tous ses proches. Qu’il repose en paix et que Dieu l’accueille en sa Sainte Miséricorde.

Par Mustapha Faris
Mardi 30 Avril 2013

Lu 716 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs