Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Abdelouahed Radi reçoit le président du Sénat belge et la première vice-présidente de l'Assemblée nationale canadienne : La coopération parlementaire au centre des entretiens




Le président de la Chambre des représentants, Abdelouahed Radi, s'est entretenu, mardi à Rabat, avec le président du Sénat belge, Danny Peters, en visite de travail au Maroc.
Lors de cet entretien, M. Radi a présenté à son interlocuteur un aperçu sur le système politique marocain et les réformes profondes contenues dans le projet de nouvelle Constitution, qui sera soumise à référendum le 1er juillet, indique un communiqué de la Chambre des représentants.
Il a également évoqué la résolution adoptée à l'unanimité, la semaine dernière à Strasbourg, par l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, octroyant un «partenariat exceptionnel» au Parlement marocain.
A noter que quatre ans après l'acquisition du «statut avancé» auprès de l'Union européenne, le Maroc consolide son ancrage démocratique au vieux continent en devenant le premier pays hors de l'espace européen à obtenir le statut de «partenaire pour la démocratie» du Conseil de l'Europe.
Lors de cette entrevue, ajoute le communiqué, M. Radi a présenté le point de vue du Maroc sur les relations maroco-belges qu'il a qualifiées de «profondes» et d'«historiques», faisant état des intérêts communs et des valeurs universelles que partagent les deux pays, en premier chef la pratique démocratique.
De son côté, M. Peters a exprimé son intérêt pour le Maroc et son souci d'assurer un suivi direct en vue de pallier les stéréotypes et les clichés véhiculés dans son pays sur l'étranger.
Les deux parties ont, en outre, amplement discuté de la question de la communauté marocaine résidant en Belgique et de la méthodologie d'échanger les points de vue et les expertises entre les deux Royaumes dans ce sens, selon la même source.
Le président du Sénat belge a souligné, à cet égard, l'importance de cette communauté, relevant toutefois le besoin permanent de données y afférentes dans le but de lutter contre les préjugés.
M. Radi a, pour sa part, fait état d'une volonté commune d'action de la part des deux pays, appelant à prendre en compte la nature de la société complexe au niveau culturel, social, ethnique et linguistique aussi bien marocaine que belge, estimant que cette complexité nécessite de manière permanente une gestion démocratique réfléchie et un renouvellement de la vision et de l'approche des spécificités.
Lors de cet entretien, qui s'est déroulé en présence de l'ambassadeur de Belgique au Maroc, les deux parties ont examiné les moyens de promouvoir la coopération parlementaire entre les deux pays, ainsi que dans les domaines culturel, économique et social, note le communiqué.
Le président de la Chambre des représentants, s'est entretenu, le même jour à Rabat, avec la première vice-présidente de l'Assemblée nationale canadienne et députée de La Pinière, Fatima Houda-Pépin.
Un communiqué de la Chambre indique que ces entretiens ont porté sur les possibilités de développer davantage les relations entre les institutions législatives des deux pays et les moyens, pour la partie marocaine, de mettre à profit l'expérience démocratique du Canada sur les plans technique, logistique et administratif.
Dans le contexte de la campagne référendaire en cours au Maroc, M. Radi a présenté un exposé sur les étapes d'élaboration du projet de Constitution et les espaces de dialogue et de concertation ayant présidé à sa conception.
Il a aussi relevé les composantes de ce texte tant au niveau de la définition des pouvoirs et de leur équilibre que sur le plan du renforcement des prérogatives du chef du gouvernement, des attributions du Parlement et de l'indépendance de la Justice.
Après avoir fait état de son intérêt pour les mutations en cours au Maroc, la responsable canadienne a souligné que le discours Royal du 9 mars constitue une réponse à la volonté populaire, réitérant sa disposition, en tant que citoyenne canadienne d'origine marocaine, à mettre son expérience parlementaire surtout au profit de son pays natal.
Lors de cette rencontre, les deux parties ont convenu d'un agenda d'action commune favorisant davantage la coopération entre la Chambre des représentants et l'Assemblée nationale canadienne.
Née à Meknès, Fatima Houda-Pépin a fait ses études secondaires au Lycée Al Khansae de Casablanca et a entamé ses études supérieures à la Faculté de droit de Rabat, avant d'émigrer à Montréal où elle vit actuellement.

MAP
Jeudi 30 Juin 2011

Lu 177 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs