Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Abdelkader Rachdi, une œuvre pour la postérité




Abdelkader Rachdi, une œuvre pour la postérité
Il est toujours difficile d'évoquer une date précise pour situer les vrais débuts d'un artiste, comme il n'est jamais aisé de situer sa fin. L'œuvre d'un artiste est d'abord tributaire d'un don qu'on ne pourrait situer dans le temps et n'aura de véritable signification que s'il s'inscrit dans la durée.
Ainsi se définit feu Abdelkader Rachdi. Chanteur dès les années cinquante, puis compositeur et maestro dont l'apport aura été précieux dans la découverte de toute une génération de chanteurs qui tiennent toujours le haut du pavé.
Abdelkader Rachdi a certes commencé à apprendre l'abécédaire de la musique à l'âge de 15 ans. Mais ce n'était en fait qu'un prolongement naturel dans l'itinéraire d'un homme qui, à un âge précoce, avait le pressentiment d'être né pour être musicien et rien d'autre.
A 17 ans déjà, il avait composé sa première chanson. C'était en 1948, date à laquelle il avait aussi mis au point une œuvre musicale de référence, la fameuse "Danse de l'Atlas". Pour un coup d'essai, ce fut un véritable coup de maître qui lui a permis d'entrer dès cette époque dans le cercle réduit des musiciens novateurs.  Ces pionniers auxquels la chanson moderne au Maroc doit une grande partie de son rayonnement à l'échelle nationale et arabe.
Depuis, on ne compte plus, ni les œuvres et encore moins les chanteurs qui ont fait leur chemin sur l'échiquier artistique grâce à des compositions signées Abdelkader Rachdi : Ismail Ahmed, Abdelwahab Tetouani, Mohamed El  Hayani, Abdelhadi Belkhayat et plus tard Naïma Samih, Rajaa Belmlih, Mahmoud El Idrissi, Latifa Raâfat, Khaoula Rachdi et Fatima Akid.
Ce qui frappe dans le riche répertoire d'Abdelkader  Rachdi, ce n'est pas seulement le nombre de chanteurs avec qui il a été amené à collaborer mais aussi la diversité des styles qui va du patriotique au religieux en passant par des œuvres sentimentales.
Abdelkader Rachdi s'est toujours appliqué à donner à ses œuvres une connotation typiquement marocaine puisant ses sources dans le patrimoine musical sous toutes ses formes : Malhoune, musique andalouse et Gharnatie, musique de confrérie, "mouachahates" arabes sans oublier quelques airs de la musique orientale. Un musicien complet guidé par un esprit novateur qui a permis à la chanson marocaine de tenir une place de plus en plus grande sur le répertoire musical. 

Abdeslam khatib
Samedi 14 Août 2010

Lu 744 fois


1.Posté par khorsa le 12/08/2011 13:03
j'ai été l'un des éléves du mestro,(avec un certain omar- grand officier aujourd'hui-Pirou -pharmacier aujourd'hui - et un certain Doremi qui se reconnaitront) et le rossignol HAYANI Rachdi ,c'est de l'ART au vrai sens du terme

RAHIMAHOU ALLAH

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs