Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Abdelkader Chaoui, président du jury de la compétition officielle au Transsaharien




Romancier, diplomate, journaliste et ex-détenu politique, Abdelkader Chaoui qui assurera la présidence du jury de la compétition officielle du 13ème Festival international du film transsaharien de Zagora est un homme aux talents multiples. L’auteur de la «Place d’honneur», Prix de la créativité littéraire, aura à ses côtés le réalisateur sénégalais Moussa Touré, la comédienne marocaine Touria Alaoui, le critique tunisien Mehrez Karaoui, le critique marocain Mohamed Chouika et le réalisateur égyptien Ahmed Rachwan.  Un jury multinational et multidisciplinaire qui devra donc départager les dix longs-métrages en lice représentant plusieurs pays, en l’occurrence le Maroc, l’Espagne, la France, la Turquie, l’Algérie, les Emirats arabes unis, Malte, l’Iran, l’Irak, la Tchéquie et la Belgique.
Outre les projections des longs et courts métrages, cette édition sera marquée par l’hommage qui sera rendu à l’un des pionniers du cinéma marocain, à savoir Mohamed Abderrahman Tazi et à la comédienne marocaine Saadia Azgoun, en reconnaissance de leurs apports au cinéma marocain. Parmi les moments forts de cette treizième édition, une conférence autour de la thématique du festival intitulée: «La critique, une composante majeure de l’industrie du cinéma». Une approche à même de réhabiliter les apports de la critique dans l’industrie du cinéma. Selon un communiqué des organisateurs, un concours de scénario est initié autour des thématiques du désert et tous les sujets y afférents: eau, nomadisme, mode de vie oasien, us et coutumes, kasbah et changements climatiques. Ce dernier thème occupe actuellement le devant de la scène de la société civile dans la région ... 
Outre la compétition, le festival consacre un volet aux master class, ce qui permettra aux jeunes et débutants dans le domaine de bénéficier d’une «leçon de cinéma» et partant de l’expérience d’Abderrahman Tazi, en présence du critique Driss El Qourri et de l’écrivain Atman Achqra. On prévoit également une session de formation au profit des jeunes de la région, avec des ateliers animés par des spécialistes sur «les techniques de narration» dans le court métrage. La thématique principale du Transsaharien cette année sera consacrée à la critique en tant que composante essentielle dans l’industrie du cinéma, avec une présence particulière des membres de la Fédération africaine des critiques de cinéma qui a décidé d’offrir, exceptionnellement cette année, son prix dans le cadre de la compétition officielle.
Nouri Zyad

Libé
Mercredi 21 Décembre 2016

Lu 650 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs