Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Abdeljebbar Louzir honoré à Zagora




La  soirée du samedi à Zagora était un rendez-vous de fête. L’occasion, c’est l’hommage qui lui a été rendu par la Rencontre internationale du film transsaharien. Entre les palmiers, les organisateurs de la sixième rencontre internationale du film transsaharien de Zagora y avaient prévu un hommage à l’endroit de l’un des grands comédiens marocains. L’un des précurseurs du théâtre, de la radio, du cinéma aussi. Il s’agit de Abdeljebbar Louzir qui a été sous les feux de la rampe.
La cérémonie de clôture de cette 6ème édition du RIFT était entièrement réservée au comédien marocain. « Je ne trouve pas les mots pour vous exprimer ma joie et ma gratitude. Je vous remercie pour cet hommage qui me fait vraiment plaisir », a dit Louzir qui compte environ 80 pièces de  théâtre dans son actif dans une vie artistique de 61 ans. Il avait en effet commencé sa carrière en 1948. A l’époque, le jeune Abdeljebbar jouait du foot, en tant que gardien de but du Kawkab de Marrakech. 
Mais qu’est-ce qu’il a à voir avec le cinéma ? Détrompez-vous, car l’homme a joué dans une douzaine de films étrangers et marocains. En 1962, il avait joué au côté de Omar Charif dans « Lawrence d’Arabie» de David Lean. Et la cinémathèque marocaine compte aussi des films comme « Barbier du quartier des pauvres » (Hallaq Derb  Al Fouqara), de Mohamed reggab, « Mabrouk » de Driss Chouika, « Les trois Rois ou Tambours de feu », « Route de Marrakech » et « La neige tombe sur Marrakech ». 
L’assistance comptait une pléiade d’acteurs, d’actrices et de réalisateurs et professionnels de cinéma, dont Abdelkader Moutaâ, Saad Chraibi, Touria Alaoui, Nawfel Berraoui, Abdelkebir Rgagna, Hicham Bahlou. Autant de comédiens marocains qui ont vu dans le festival de Zagora une opportunité de faire parfaitement la fête ensemble, loin des ombres qui leurs sont réservées dans d’autres festivals. 
Des témoignages sur Abdeljabbar Louzir ont été faits par Mohamed Choubi, Fatima Reguragui, Abdessamad Miftah Lkheir, Aziz Bouzaoui. Etait  présent à cette cérémonie festive l’écrivain Abdessamad El Guebbas, qui vient de publier un  livre autobiographique sur Abdeljebbar Louzir. 


Mahmoud Adli
Mercredi 24 Juin 2009

Lu 240 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs