Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Abdelilah Benkirane : les points sur les “i” !




Je ne pense pas avoir été le seul à mettre la main sur le cœur après avoir entendu le discours de Abdelilah Benkirane devant les parlementaires. Certes, je ne m’attendais personnellement à quoique ce soit d’extraordinaire. Car j’ai toujours eu cette conviction selon laquelle le populisme, la propagande et la démagogie peuvent servir à détourner l’attention et la sympathie de beaucoup gens, mais jamais à répondre à leurs attentes substantielles. Mais j’ai sincèrement souhaité ne pas être conforté dans ma conviction parce qu’au-delà des sensibilités politiques, il s’agit bien là de gérer les affaires du pays, des Marocains !
 Or, M. Benkirane nous a servi un plat de baratin. Un speech, tout simplement.
Pas de chiffres. Pas de chantiers précis de réforme. Pas de planning de travail. Bref, tous les éléments rudimentaires d’un programme gouvernemental digne de ce nom y ont complètement fait défaut !
Il a un peu trop parlé de la mise en œuvre de la nouvelle Constitution. Et là un petit éclaircissement s’impose : les travaux du chantier constitutionnel se sont terminés le jour où les Marocains ont majoritairement dit O.K pour le texte. Ce qui reste à faire, ce n’est pas autre chose que la mise en conformité de quelques lois à la nouvelle Constitution. A cet égard, il n’est pas inutile de rappeler que cette mise en conformité relève du travail routinier du Secrétariat général du gouvernement. En faire le centre de l’action gouvernementale, c’est passer à côté des attentes légitimes de toutes les composantes de la société peu importe leurs statuts, leurs niveaux intellectuels ou leurs revenus!
Certes, le réaménagement constitutionnel revêt une importance primordiale dans la réforme globale de l’Etat, ce qui est déjà fait, en grande partie.
Mais ceux qui se font immoler dans la rue, ceux qui mettent en vente des organes vitaux de leurs corps aux entrées des hôpitaux, ceux qui vieillissent dans les salles d’attente faute de médecins et de médicaments, ceux qui travaillent 14 heures par jour rémunérés au-dessous du minimum légal, ceux dont les gamins font des dizaines de kilomètres pour retrouver un banc d’école, ceux qui bardés de diplômes, préfèrent partir à l’étranger car le pays ne leur inspire plus confiance, ceux qui refusent de rentrer au bled pour ne pas se faire tabasser par les forces de l’ordre dans le quartier du Parlement, ceux…. Tous ces gens-là ont besoin d’être rassurés non par des promesses, mais par un plan d’action réaliste et audacieux, en même temps !
Peut-on ainsi dire que M. Benkirane s’est dérobé à ses engagements envers ses électeurs ? Sans doute, car on est très loin des chiffres énoncés par le programme électoral sur la base duquel les électeurs lui ont donné une majorité relative. Aussi, en revenant sur lesdits engagements, le chef du gouvernement ne devrait-il pas être considéré comme étant l’auteur d’une grosse «arnaque politique » puisqu’il a utilisé des chiffres irréalisables, juste pour draguer presque deux millions d’électeurs ? Dans les pays démocratiques, ce genre de comportement est strictement prohibé non seulement dans la pratique politique mais aussi dans le domaine des affaires et des marchés financiers !
Par ailleurs, étant apparemment conscient de la fragilité de son soi-disant programme, le chef du gouvernement a sollicité la tenue d’un Conseil des ministres afin de se prononcer sur ce dernier, et ce dans le but d’obtenir une légitimité capable de dissuader psychologiquement les parlementaires.
Loin de moi est l’idée de dresser un procès contre l’actuel chef du gouvernement. Ce qui m’intéresse avant tout, c’est d’abord de montrer qu’avec le populisme et le simplisme, on ne peut pas faire des politiques publiques, et ensuite d’interroger un comportement ainsi que des faits concrets qui risquent de battre en brèche les acquis du processus démocratique et d’approfondir davantage la crise sociale. Voilà, tout !

Par Jaouad Benaissi
Samedi 28 Janvier 2012

Lu 825 fois


1.Posté par mohand Benfadil le 28/01/2012 15:16
Si jusqu'au mois de mars Si 3abdilah est toujours aux commandes, c'est que la démagogie a encore de beaux j..........................

2.Posté par futurbarbu le 28/01/2012 15:30
le journal LaCroix fr rapporte le 28/1/12 qu'à Davos ,Bk rassure les investisseurs étrangers que son gouvernement ,en luttant contre la corruption ,assure mieux la sécurité des investissements que les gouvernements precedents :
1)Bk n' a pas encore commence la lutte contre la corruption ,
2)les 2/3 de son gouvernement faisaient partie des anciens gouvernements ,donc n'étaient pas rassurants pour les investisseurs ,ou est donc la continuité de l'état avec Bk ?
3)Bk doit mesurer ses déclarations car il est une partie de l'état .

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs