Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Abdelhay El Mellakh expose à Paris : La magie de la lumière et des couleurs




Abdelhay  El Mellakh  expose à  Paris : La magie de la lumière et des couleurs
L’artiste peintre Abdelhay El Mellakh expose ses œuvres récentes   jusqu’au  29 mai courant, au siège de l’Agence française de développement (AFD) à Paris : œuvres qui nous entraînent dans un univers poétique et un lieu de l’alchimie entre formes et couleurs où jaillit la lumière, comme disait Mathias Bloch,  le directeur de la galerie d’art parisienne « Younique ».
 Placée sous le signe « Dans la  lumière d’Abdelhay  El Mellakh », cette exposition nous fait voir   des  toiles gestuelles   qui semblent dégager des  récits  appartenant à la tradition  mystique   que l’artiste  traduit en signes et en couleurs étincelants.  C’est tout un langage onirique  reposant sur la dimension cachée des  symboles énigmatiques qui stimulent l’imagination et la poétique et  ouvrent une voie intimement liée à l’inconscient collectif. L’artiste nous invite  à mener une quête symbolique pour   explorer  la partie de la mémoire refoulée qui refuse l’effacement et l’ignorance.
Nouvelle phase dans la vie picturale de l'artiste marquée par la lumière et le soufisme, les  œuvres impressionnistes  de l'artiste El Mellakh sont animées par la profusion de symboles sous forme de triangles, de cercles difformes, de spirales, de prunelles perçantes et de lettres de l'alphabet arabe : c’est   le moyen choisi par le peintre pour mettre le visiteur à l'épreuve, bousculer ses habitudes de vision et l'obliger à regarder autrement mais lentement ce qui l'entoure.
El Mellakh, artiste chevronné,  cherche à déplacer l'enjeu du visible pour instaurer une lecture nouvelle du monde à travers  un travail consistant  sur les couleurs  et les signes  composés sous forme d’une mélodie habitée par la pensée et la musique soufies notamment les poèmes d'Ibn Arabi.
Il s’agit d’une démarche  qui retrace  un tournant  exceptionnel  dans le parcours  artistique  d’El Mellakh reposant sur la vie des signes et des symboles puisés dans notre mémoire collective et constituant une véritable fête de signes.
Le langage plastique est présenté avec tout ce qui se réfère au monde patrimonial et connote à la fois l’iconographie de la civilisation et les intériorités. Le code symbolique se superpose alors au code iconique pour nous révéler les jardins de lumières isolés de leur contexte, et proposer un questionnement sur le rapport entre  la tendance représentative et la tendance expressionniste, tout en donnant libre cours aux émotions et aux sensations subjectives.
La spatialité des œuvres réalisées par  El Mellakh se calque sur l’abondance de la représentation  métaphorique dans un esprit qui pourrait renouer avec les illuminations de la peinture intuitive voire mystique. Des éléments graphiques immédiatement lisibles s’imposent au regard : la colombe, le triangle, la main, l’œil, le fœtus  …La colombe symbolisant l’âme occupe la plus grande partie des tableaux, et à travers ce moment de révélation, connote la spiritualité d’être et de paraître et aussi la sensualité transcendante. Le non–dit   accroît les éléments figurés en hypertrophiant leur sens et en éclatant leurs formes. La référence aux archétypes et aux symboles est ici évidente. La frontalité  de la prise de vue accentue l’effet de visibilité afférente à l’œil du cœur et à la mise en abîme des formes peintes avec spontanéité   et gestualité. La technique reprend celle de l’école du signe sans distancier la scène par sa froideur et son impersonnalité. La composition présente un réseau  de traces graphiques qui fragmentent la surface de la toile en gestes picturaux plus ou moins réguliers ; ceux qui créent une ligne de force le long de la verticalité et de l’horizontalité, ce qui confère un effet de dynamisme qui rompt avec la platitude.Les zones de propos s’opposent aux multiples graphismes qui animent les effets de matière, tandis que  les effets de contours déchiquetés rompent la dureté des droites rectilignes.La dominante de  tons clairs propose une harmonie chaude et lumineuse  où les nuances  d’ocre se répartissent tout autour de la toile comme des flashes, et ce  selon un rythme intérieur et une vision multidirectionnelle.
 El Mellakh  maîtrise ses codes plastiques et conçoit son monde allusif par la texture et la couleur, comme des jardins intimistes et hermétiques où  la lumière percerait à travers un labyrinthe dense. La toile  se présente ainsi  comme la trace d’une action effectuée gestuellement et investit la surface en mettant en relief  un état de recueillement et de fascination    autour du tableau dans  ses savantes compositions.  

ABDELLAH CHEIKH
Jeudi 21 Mai 2009

Lu 706 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs