Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Abdelhamid Souiri : Le prix de l'acier au Maroc s'avère trop élevé

Appel à avoir le même niveau de prix que celui pratiqué sur le marché international




Abdelhamid Souiri : Le prix de l'acier au Maroc s'avère trop élevé
Le secteur des industries métallurgiques et mécaniques au Maroc est sur la voie d'être intégré dans le Plan d'accélération industrielle (PAI), défini en avril dernier par les pouvoirs publics, a indiqué le président de la Fédération des industries métallurgiques, mécaniques et électromécaniques (FIMME), Abdelhamid Souiri.
Dans un entretien publié lundi sur le site "L'Usine Nouvelle", M. Souiri a fait savoir que le Fédération a rédigé un contrat-programme contenant des conclusions qui permettront notamment d'intégrer les écosystèmes prévus pour le secteur dans les meilleures conditions possibles.
Une réunion avec le ministre de l'Industrie, du Commerce, de l'Investissement et de l'Economie numérique Moulay Hafid Elalamy vient d'avoir lieu à ce sujet au cours de laquelle "il nous a assuré de la priorité qu'il accorde à notre secteur pour l'intégrer dans le cadre du PAI", a-t-il dit, relevant que des mesures antidumping ont été mises en place concernant les produits laminés à chaud et la protection des produits laminés à froid et revêtus.
"Le prix de l'acier au Maroc s'avère trop élevé. Il faut qu'on puisse avoir le même niveau de prix que celui pratiqué sur le marché international", a noté le président de la FIMME, estimant que les importations de produits semi-finis ou finis non taxés, pourraient avoir un impact négatif sur l'industrie locale. "Notre secteur souhaite avoir accès à un acier produit sur place. Si c'est le cas, nous n'aurons plus besoin de mobiliser autant de trésorerie et d'être confrontés aux difficultés d'acheminement. Nous avons aussi besoin d'avoir sur le marché d'autres acteurs car un monopole n'est jamais souhaitable. Cela fait partie des points à aborder au sein de la filière", a préconisé M. Souiri.
Et de souligner que la compétitivité, qui fait partie des sujets à discuter, englobe notamment les problèmes liés au coût et à la qualité de la matière première, à la recherche et au développement et à la législation du travail.
"Notre secteur reste porteur mais pour qu'il le soit davantage, nous devons trouver avec les pouvoirs publics les mécanismes à mettre en place pour améliorer le climat des affaires et notre compétitivité", a-t-il conclu.

Mercredi 10 Décembre 2014

Lu 354 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs