Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Abdelhalim Semmar, un virtuose de la sculpture sur bois




Abdelhalim Semmar, un virtuose de la sculpture sur bois
Fils de menuisier, Abdelhalim Semmar, lauréat en 2012 du premier Prix de l'émission "Sanaat Bladi" (catégorie innovation) diffusée sur la deuxième chaîne nationale, aurait pu se contenter de reproduire les schémas déjà tracés par ses prédécesseurs pour fabriquer les différents meubles qu'on lui commande.
Toutefois, son talent l'a poussé à sortir des sentiers battus en concevant, à base de bois, des œuvres sculpturales qui plaisent à l'œil et interrogent l'esprit.
Abdelhalim, natif de Temsamane, une paisible ville du Nord du Maroc, (à environ 50 km au sud-est d'Al Hoceima), a développé une relation particulière avec le bois au point qu'il en a percé tous les secrets.
Appartenant à une famille modeste, il a rencontré une forte réticence notamment de la part son père qui estimait que la sculpture était une "perte de temps" et le poussait à se concentrer sur son métier de menuisier pour pouvoir gagner sa vie. Une contrainte qu'il a pu vaincre en persuadant son père de sa capacité à concilier sa passion et son gagne-pain.
C'est ainsi, et grâce à sa persévérance, son amour pour la sculpture et aussi à l'encouragement de ses amis et ses professeurs, qu'il a glané le Prix de l'innovation de l'émission "Sanaat Bladi".
Les œuvres sculpturales d'Abdelhalim sont en grande partie influencées par les particularités d'Al Hoceima en tant que ville côtière et montagneuse. Des éléments inspirés de cet environnement sont souvent présents dans ses œuvres tels que les ancres, les filets, les bateaux, les voiles, les gouvernails, les coquilles et les mouettes.
La composante identitaire est également très prisée par l'artiste qui intègre des symboles et formes géométriques caractéristiques de la région (thisghnas, tatouages), comme il consacre une grande place aux caractères de tifinagh (alphabet amazigh) aux côtés des caractères arabe et latin, pour, dit-il, "mettre en exergue l'aspect pluriel de l'identité marocaine".
Cet amoureux de la ville d'Al Hoceima ne tarit pas d'idées et de propositions pour tapisser et embellir les recoins de sa ville adoptive. Il suggère à titre d'exemple que la grande place d'Al Hoceima soit dotée d'une sculpture qui constituera un emblème distinctif de la ville, proposant à ce titre une "statue de dauphin, une espèce très répandue sur les côtes de la ville".

MAP
Samedi 27 Juillet 2013

Lu 391 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs