Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Abdelaziz Makhyoun: La concentration et la méditation, ingrédients essentiels pour la réussite d'un acteur




L'artiste égyptien Abdelaziz Makhyoun a indiqué, samedi à Zagora, qu'un acteur doit s'imbiber du personnage qu'il incarne, explorer ses profondeurs, sonder et comprendre son passé, puis méditer et explorer ses ressorts profonds pour donner libre cours à sa performance. Les répétitions sont importantes pour que l'acteur apprenne à maîtriser les outils d'expression comme la voix et la gestuelle, a expliqué Makhyoun lors d'un Masterclass animé à l'occasion du 12ème Festival international du film transsaharien de Zagora, organisé par l'Association éponyme du 17 au 20 décembre. Le contrôle de la respiration permet de donner du tonus à la voix, a-t-il  signalé, mettant l'accent sur l'importance pour tout artiste de développer une avidité de connaissance, doublée d'une volonté d'accomplissement de soi sur le plan culturel, artistique et technique.
Plusieurs grands artistes ont fait leurs armes sur le tas, grâce à la  pratique, au moment où les instituts de formation n'existaient pas encore,  a-t-il soutenu, émettant le souhait de voir les instituts d'art dans les pays  arabes se mettre à l'usage de la langue arabe, au vu de sa richesse  phonologique faite d'une large palette de sons et de nuances.

Il a déploré la persistance au sein de ces instituts de nombre de lacunes  dans les programmes de formation, ainsi que l'hypocrisie et le favoritisme qui  règnent dans certains milieux artistiques et la dégradation du niveau des  productions, outre le caractère saisonnier des  productions, particulièrement pendant le mois de Ramadan.
 L'acteur a souligné l'importance d'établir des valeurs nouvelles, rappelant  que l'essentiel reste l'impact que laisse l'artiste sur son public, celui qui  s'inscrit dans la durée.
Il a aussi tiré à boulets rouges sur les "forces invisibles" qui tentent  d'écraser l'identité arabe, estimant qu'il importe de "sauver l'art de  l'emprise des annonceurs, en travaillant sur l'héritage laissé par des hommes  de la trempe d'Abou Hassan Al-Chadhili et d'Ibn Majid par exemple".
 Sur son parcours, il a évoqué le premier rôle théâtral campé à l'école du  village (au sud d'Alexandrie) et ses études préparatoires, avant de s’initier à  la musique avec un faible pour le violon. Vint par la suite son passage à l'école du cinéma à l'Institut d'art dramatique du Caire où il allait découvrir  sa vocation pour la mise en scène.
Abdelaziz Makhyoun ne cache pas son enthousiasme pour la ville de Zagora et son festival, qui lui a rendu hommage en 2013, avant d'y revenir cette année en tant que président du jury.

 

Mercredi 23 Décembre 2015

Lu 543 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs