Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Abdelaziz Charkaoui revisite l'authenticité du Nord marocain




Abdelaziz Charkaoui revisite l'authenticité du Nord marocain
Avec ses sujets de prédilection, hommes et femmes du Rif dans leurs habits régionaux, Abdelaziz Charkaoui immortalise des instants de la vie intérieure et sociale de ces personnages pris dans leur quotidien que l'artiste enchante par un traitement d'une grande exigence plastique et d'une esquisse beauté de la communion entre l'homme et la nature.  Dans une sorte de continuité avec ses précédentes œuvres, ce natif de Larache, qui n'oublie pas au fil de ses pinceaux de livrer les paysages verdoyants de sa région natale, jette un regard profond sur la réalité tout en alléchant le spectateur à sonder et à pénétrer de près l'âme sereine de ces femmes du Nord vêtues de leurs habits traditionnels.  "Celle qui m'intrigue", "La bergère rêveuse" ou encore "Les fouilleuses",  autant de toiles qu'il dévoile, du 5 février au 9 mars à So Art Gallery de Casablanca, aux côtés d'autres telles que "Marché aux cruches", "Les infos de la  semaine", "Commérages", "Les Retrouvailles" et "Rien ne presse", entre autres.  
Charkaoui, qui accroche ses tableaux depuis 25 ans à travers ses multiples expositions dans les cimaises au Maroc et en Europe, ne se presse pas à réaliser son œuvre ni ne cède, non plus, à la facilité. 
Chacune de ses toiles exige concentration, délicatesse du geste, frôlant l'acharnement d'un amoureux fou du détail, de la précision, de la perfection pour livrer des tableaux figuratifs marqués par le réalisme du traitement,  reflétant ce qu'il appelle "l'âme marocaine". 
C'est un "retour aux sources", puisé dans sa mémoire, de son enfance que ce peintre autodidacte propose avec un réalisme impressionnant qu'il qualifie de "réalisme psychique", a-t-il confié à la MAP, mais surtout avec le souci de perpétuer des instants de la vie intérieure et sociale de ces femmes vivant dans une nature rocailleuse, imposante mais loin des tracas et de l'aliénation de la modernité et de la mondialisation.  Dans son travail, il a choisi la campagne, la vie paysanne comme source  d'inspiration, "théâtre de ses compositions car l'authenticité de la personnalité marocaine a été bien gardée dans le Maroc profond plutôt que dans les villes".  Sa peinture ne cesse de scruter, de revisiter des paysages et visages dans le fin fond de son enfance passée dans la nature pittoresque du douar Dar Chaoui entre Tétouan et Larache et dont il s'inspire pour matérialiser ses toiles.   
MAP

Lundi 9 Février 2015

Lu 542 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs