Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Abdelaziz Barrada officiellement marseillais

Du centre de formation du PSG au stade Vélodrome




Abdelaziz Barrada officiellement marseillais
Désormais, c’est chose officielle. Abdelaziz Barrada vient de signer un contrat de 4 saisons avec le club français de l’Olympique de Marseille. Aucun chiffre concernant la transaction n’a été avancé, mais ce qui est sûr, c’est que le club phocéen a dû payer le prix fort du fait que l’international marocain avait coûté au club émirati d’Al Jazeera un peu plus de 10 millions d’euros, pour un contrat de 4 ans s’étalant jusqu’en 2017.
Sauf que depuis quelques temps, le coach du club émirati qui n’est autre que l’ex-sélectionneur du Onze national, le Belge Eric Gerets, avait laissé entendre qu’Abdelaziz Barrada n’entrait plus dans ses schémas tactiques et que les dirigeants d’Al Jazeera sont tenus de trouver un nouveau club preneur pour le joueur marocain.
Avant de débarquer à la cité phocéenne, le club portugais du FC Porto avait manifesté lui aussi son intérêt de s’attacher les services de Barrada, bien connu au championnat  portugais.
Abdelaziz Barrada arrive donc à l’Olympique Marseille en remplacement de l’international français Mathieu Valbuena, transféré au club russe du Dynamo de Moscou. A l’OM, Barrada, 24 ans, retrouvera la Ligue 1, un championnat qui lui tient beaucoup à cœur, sans pouvoir de par le passé y avoir évolué. 
Après avoir fait ses premiers pas avec le Paris Saint-Germain, de 2005 à 2010, il a quitté le championnat français, pour rejoindre en 2010 l’équipe B du club espagnole de Getafe. Une saison avec la réserve lui a suffi pour émerger du lot et mériter une place chez les pros du club de la banlieue de Madrid. De 2011 à 2013, il était devenu une pièce maîtresse de l’effectif, disputant pas moins de 66 matches de Liga avec 8 buts à la clé. 
Des performances qui lui ont valu d’être le chouchou du public et les dirigeants de Getafe se trouvaient dans l’obligation de le vendre à l’équipe émiratie en vue de combler le déficit financier qui affectait la trésorerie du club.   
Une bonne opération pour Abdelaziz Barrada, qui avec ses 20 capes avec le Onze national, fait partie des cadres de l’équipe qui seront retenus pour les phases finales de la CAN 2015 au Maroc. Si Barrada a opté pour un retour en Europe, Mounir El Hamdaoui, en quête de club preneur depuis un bon bout de temps, serait en partance pour la formation qatarie d’Al Jeïch.
El Hamdaoui avait connu des années difficiles depuis qu’il avait quitté l’Eredivisie. A la Fiorentina, son club pour le moment, il n’a pu s’imposer, tout comme à Malaga où il avait débuté du bon pied la saison écoulée avant de se blesser. Son come-back en fin de saison n’a pas été convaincant et il a dû terminer sa période de prêt en tant que réserviste de luxe.
Dans la même enseigne que Mounir El Hamdaoui, il y a le cas de Nouredine Amrabet qui espérait vivement gagner sa place dans le club turc de Galatasaray. Prêté au mercato hivernal de la saison dernière par l’équipe stambouliote à Malaga, il avait été l’auteur d’un probant passage (15 matches, 2 buts), mais il n’était pas trop emballé par un prolongement, annonçant qu’il était tenté plus que jamais par un retour à Galatasaray.  
Faute de Galatasaray, c’est l’Olympiakos grec qui devrait être la prochaine destination de Nouredine Amrabet, conscient lui aussi du fait de pouvoir se caser le plutôt possible en perspective d’une prochaine convocation du staff technique de la sélection marocaine qui disputera deux matches tests en septembre face au Qatar et à la Libye. Enfin, après une saison passée au club qatari de Khrétiat, Youssef Keddioui a changé de cieux, rejoignant le club émirati des Emirats.
Keddioui a signé un contrat d’une année et le montant du transfert est de 1,5 million de dollars. Il rejoint son compatriote Issam Erraki qui avait opté lui aussi pour l’équipe des Emirats en provenance du Raja de Casablanca.
Avant de signer pour la formation émiratie, Youssef Keddioui avait été annoncé un petit peu partout, aussi bien au Maroc qu’au Golfe.

El Haddadi ne ferme pas la porte 
à l’équipe nationale
 
Mounir El Haddadi a déclaré à la chaîne Bein Sport : « Je ne ferme la porte au nez de personne. Si je devais à l’avenir être convoqué et jouer pour l’équipe nationale du Maroc, je le ferais sans problème. Je visite le Maroc chaque année avec ma famille pour passer les vacances d’été».
Le joueur du Barça portant la double nationalité maroco-espagnole intéresse au plus haut point le staff technique du Onze national. Le sélectionneur Badou Zaki avait donné son accord à la FRMF pour entrer en contact avec le jeune sociétaire du club catalan, auteur récemment d’un doublé lors du match amical entre le FC Barcelone et HJK Helsinki (6-0).


Mohamed Bouarab
Mardi 12 Août 2014

Lu 1460 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs