Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

A un an des Paralympiques de Rio, le Brésil se prépare à briller




Quand il se regarde dans le miroir, Daniel Dias voit un jeune homme unijambiste et sans mains ; mais il voit aussi un nageur multi-médaillé qui, avec Lucia la judoka, Vinicius le sprinter ou Luciano l'haltérophile, va faire briller le Brésil lors des Jeux paralympiques de Rio de Janeiro, dans un an.
7e au tableau des médailles final des Paralympiques de Londres en 2012, avec 21 titres, le Brésil veut entrer dans le Top 5 à Rio, du 7 au 18 septembre 2016.
Le défi ne paraît pas impossible: grâce à un soutien financier accru, les athlètes paralympiques brésiliens peuvent désormais se concentrer sur leurs sports et le chemin vers la victoire est bien tracé.
Un tel résultat serait bien meilleur en tout cas que celui attendu de la part de l'équipe olympique brésilienne, pour qui le défi sera autrement ardu: 22e à Londres, avec 17 médailles dont trois en or, le Brésil vise au mieux le Top 10 à Rio. Avec un objectif de 27 podiums.
"Nous avons une génération de vainqueurs, certains étaient déjà à Londres, d'autres sont arrivés depuis, des champions du monde, des détenteurs de records du monde", s'est félicité auprès de l'AFP le président du comité paralympique brésilien (CPB), Andrew Parsons.
Parmi eux, Daniel Dias, le meilleur nageur paralympique brésilien. A 28 ans, il a déjà décroché 15 médailles paralympiques, dont 10 en or, et il détient plusieurs records. A Londres, il était monté sur la plus haute marche du podium lors des six épreuves qu'il avait courues.

Pas de Bolt ou Phelps

"Le sport a changé ma vie, ma façon de vivre et d'accepter mon handicap, j'ai compris que nous avons tous des limites, et qu'elles ne sont pas physiques", a expliqué Daniel Dias à l'AFP. Victime de malformations congénitales, il a pourtant déjà décroché deux Prix Laureus, ces Oscars du sport, en 2009 et 2013.
Le monde paralympique est plus égalitaire, "sans ces super-stars comme Usain Bolt ou Michael Phelps", ce qui permet aux Brésiliens de se faire remarquer, plaide Michel Castellar, auteur du blog "Rio Olympique" pour le journal carioca Extra.
Désigné comme hôte des Jeux en 2009, le Brésil ne compte toujours pas de centre d'entraînement pour les athlètes de haut niveau. Celui-ci n'arrivera qu'après les JO, en héritage.
Le CPB, lui aussi en train de construire son propre centre d'entraînement, entend cependant capitaliser dès à présent sur l'autonomie dont il dispose en matière d'investissements, en athlétisme et en natation notamment. Car les fonds disponibles ont considérablement augmenté depuis une nouvelle loi de 2001 qui accorde désormais 2% (et 2,7% à partir de 2016) des recettes des jeux et loteries aux comités olympiques et paralympiques.
Avec cette loi, le Brésil sportif a tiré le gros lot. Avant elle, lors des Paralympiques de Sydney en 2000, la sélection auriverde avait terminé 24e, avec 22 médailles, dont 6 en or. Quatre ans plus tard, à Athènes, c'était une 14e place pour 33 médailles (14 en or), puis 47 médailles dont 16 en or à Pékin-2008. Et 43 médailles, dont 21 en or à Londres.

Des athlètes, pas
des handicapés


En 2016, le CPB va disposer d'un budget, d'environ 45 millions de dollars, contre 23 millions de dollars en 2014.
Parallèlement, les meilleurs athlètes paralympiques sont désormais aidés par des bourses de l'Etat pour pouvoir se consacrer à 100% à leurs carrières.
Une vidéo publiée par les organisateurs des prochains Jeux paralympiques et largement partagée sur les réseaux sociaux montre bien comment le sport peut aider à battre en brèche les stéréotypes de toutes sortes. Vinicius Rodrigues, athlète amputé et grand espoir brésilien sur 100 et 200 m, entre dans une salle de gym et monte sur un tapis de course, sous les regards amusés ; puis il commence à courir, il bat le record de la salle, et les regards changent. Idem avec Lucia Teixeira, judoka malvoyante, médaillée d'argent à Londres: personne ne veut s'entraîner avec elle, jusqu'à ce qu'elle prouve ses capacités sur le tatami. Quant à Luciano Dantas, haltérophile atteint de nanisme, médaillé de bronze aux Mondiaux de Toronto, il laisse tout le monde pantois en soulevant 120 kilos sans ciller.
Ils sont des exemples de cette génération dorée du sport paralympique brésilien qui espère triompher dans 12 mois, devant son public, et qui ouvre de nouveaux chemins aux futures générations.
"Ce ne sont pas des athlètes handicapés, ce sont des athlètes tout court", insiste M. Parsons.

Mardi 8 Septembre 2015

Lu 95 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs