Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

A nous la CAN ! Pour un tout autre objectif que de la simple figuration




Le Onze marocain est parvenu à être la première sélection du continent à décrocher son ticket pour la Coupe d’Afrique des nations dont les phases finales sont prévues en 2017 au Gabon. Mardi devant plus de 30.000 spectateurs présents au Grand Stade de Marrakech, les Nationaux ont exploité pleinement la quatrième journée du groupe F des éliminatoires de la CAN pour clore les débats dans cette poule, en s’offrant le Cap-Vert par 2 à 0.
Un sans-faute rarement réalisé par une équipe nationale, ce qui lui a permis d’ailleurs de conforter sa place en haut du tableau de la poule, portant son capital point à 12 unités, soit six longueurs d’avance sur son adversaire du jour, au moment où la Libye et le Sao Tomé-et-Principe se trouvent loin derrière, cumulant chacun trois points et partageant la troisième loge.
Comme prévu, la confrontation était bien loin d’être une simple sinécure pour les partenaires de M’Barek Boussoufa. Les Capverdiens s’étaient rendus à la ville ocre avec la ferme intention de renverser la tendance et de compliquer les choses à des joueurs marocains qui voulaient tellement cette victoire qui a trop tardé à se dessiner.
Après leur succès samedi dernier à Praia par 1 à 0, les Nationaux avaient à cœur de confirmer face à cette équipe de Cap Vert qui, faut le reconnaître, monte en puissance et son classement de première sélection du continent est bien loin d’être usurpé. Après un premier half au cours duquel les poulains de Hervé Renard avaient du mal à trouver des solutions, il a fallu attendre la seconde période pour que le scénario tant escompté prenne forme. Et pour débloquer la situation, un penalty généreux a été sifflé par l’arbitre malien suite à une faute peu évidente sur Soufiane Boufal. Comme à l’aller, c’est le buteur-maison Youssef El Arabi qui ne s’est pas fait prier pour ouvrir le score à la 55ème minute au grand bonheur de toute l’équipe qui a poussé un ouf de soulagement.
En plus du tir au but, il y avait l’expulsion d’un défenseur capverdien, une infériorité numérique payée cash à l’heure de jeu. Et c’est encore Youssef El Arabi qui s’est fait un grand plaisir pour signer à l’heure de jeu un doublé qu’il n’oubliera pas de sitôt.
A deux à zéro, les carottes étaient cuites mais cela n’a pas empêché les joueurs marocains de tenter de creuser l’écart. Loin de là, ils ont continué à presser haut l’adversaire, ce qui semble faire désormais leur marque de fabrique.
Voilà donc une sélection qui se dépense à fond défensivement, qui ne se laisse pas faire, qui ne manque pas de personnalité et qui est, surtout, difficile à battre. Ce qui ne veut pas dire qu’elle peut gagner à tous les coups mais qu’elle dispose d’excellents atouts pour retrouver une place de choix sur l’échiquier continental.  
En une semaine, Hervé Renard, double lauréat de la CAN avec la Zambie outsider en 2012 et la Côte d’Ivoire favorite en 2015, a pu donner un nouveau souffle à cette sélection avide d’aller de l’avant où il n’y a pas de place au vedettariat puisque seul l’esprit du groupe prévaut afin d’appliquer à la lettre les consignes du staff technique.
Un petit bémol tout de même car il ne faudrait pas trop s’emballer et se voir plus fort et plus beau que toutes les autres grosses écuries du football continental. Si sur le plan psychologique et communicationnel, le nouveau sélectionneur a déjà fait montre de tout son savoir-faire, au niveau technique, du pain sur la planche il y en aura avant de monter une équipe compétitive pouvant prétendre décrocher un dernier carré de la CAN et une qualification au Mondial FIFA en 2018. Ce sont là d’ailleurs les deux objectifs tracés par la Fédération et qu’Hervé Renard doit atteindre pour honorer son contrat. D’ailleurs, le technicien français est conscient de sa mission, faisant savoir que s’il est à la tête d’une équipe comme celle du Maroc avec de bonnes potentialités, c’est pour gagner des titres.
En attendant, le Onze national aura encore deux matches des éliminatoires de la CAN à disputer contre la Libye au Caire et le Sao Tomé-et-Principe au Maroc respectivement les 3 juin et 2 septembre prochains. Des matches que l’équipe nationale doit gagner en vue d’améliorer son classement FIFA  pour faire partie au tirage au sort de la CAN 2017 des équipes du second chapeau, ce qui lui évitera de rencontrer certaines  grosses cylindrées au tour de chauffe.

Ils ont dit après la qualification

Hervé Renard : Pas satisfait
du match dans son intégralité

Au terme de cette rencontre, le sélectionneur national, Hervé Renard, a déclaré qu’il savait que le match allait être difficile, différent de celui de Praia où la difficulté résidait dans la nature de  la pelouse du stade et les vents violents, qu’avec beaucoup de rigueur et d’énergie, de discipline et un état d’esprit exceptionnel, les joueurs sont parvenus à faire l’essentiel et qu’il tenait à les féliciter pour tout cela. Et d’ajouter que tout l’effectif a l’habitude de jouer deux matchs en trois jours, ce qui ne constituait pas un problème pour cette rencontre, que parfois il n’a même pas  besoin de leur parler, le cas des vestiaires pendant la mi- temps, pour faire passer le message, ce qui veut dire que l’entente s’installe petit à petit au sein du groupe. Hervé Renard a reconnu tout de même qu’il n’était pas très satisfait du match dans son intégralité, qu’il y avait du déchet technique, mais que lorsqu’on remporte un match face à la première équipe d’Afrique, il faut se réjouir du résultat obtenu. Concernant les matchs à venir et la possibilité d’intégrer des jeunes, le sélectionneur national a été catégorique, disant que le Maroc doit améliorer son classement FIFA, et que de ce fait les victoires comptent parce que c’est ce qui fait gagner des points, précisant que l’équipe a soif de victoires.

Marouane Da Costa : Nous voulons montrer que nous sommes une équipe qui gagne
Le capitaine de l’équipe nationale a tenu à mettre en exergue l’état d’esprit du groupe, qualifiant les joueurs de vrais guerriers qui sont allés chercher des victoires précieuses. Il a déclaré : «Nous voulons montrer que nous sommes une équipe qui gagne, ces deux matchs étaient difficiles mais grâce à la volonté des joueurs, nous avons réussi à l’emporter. Sur un autre plan, même si je suis habitué à jouer à côté de Benatia qui s’est malheureusement blessé, il y avait une très bonne entente avec Ghanem Saiss. C’est un bon joueur, on s’est entraîné ensemble et le résultat est là puisqu’on n’a pas pris de but. Cela prouve que c’est toute l’équipe qui était à la hauteur. On prend du plaisir à travailler ensemble et j’espère qu’elle réussira de bonnes choses dans l’avenir».

Mehdi Benatia : J’avais vraiment envie de jouer ce match
 «C’était un peu difficile, car je ressens toujours cette petite douleur. Honnêtement je n’ai pas l’habitude de suivre un match des tribunes, je voulais aider mes coéquipiers mais l’essentiel c’est qu’on est qualifié. J’avais vraiment envie de jouer ce match. Les joueurs n’ont rien lâché, ils ont fait preuve d’un bon état d’esprit. C’est une belle victoire et j’espère que ce n’est que le début d’une belle aventure».

Faiçal Fajr : Il faut être derrière l’équipe nationale et accepter les choix de l’entraîneur
 «Sur les deux matches, tout le groupe était formidable, on est satisfait des deux prestations, on a la qualification en poche, je crois que le public marocain attend cela depuis quelque temps, maintenant il ne faut pas non plus s’enflammer, car il y a encore  des matchs à jouer, une cohésion du groupe à trouver pour aller de l’avant. J’ai ressenti une petite déception de ne pas faire partie de l’équipe titulaire, tout le monde voudrait jouer, mais il faut accepter les choix du coach, et que ce soit dans les tribunes, sur le banc ou sur le terrain, il faut être derrière l’équipe nationale et accepter les choix de l’entraîneur. Pour ce qui est de l’ambiance de ce soir, elle était magnifique. On est un pays de football, on a besoin des supporters et c’est comme cela qu’on peut aller très loin».

Mbarek Boussoufa : C’était un plaisir de jouer dans une ambiance pareille
 «C’était un match très difficile, le Cap-Vert est une bonne équipe, ce n’est pas pour rien qu’elle est à la tête du classement FIFA en Afrique. Nous nous sommes bien préparés pour ce rendez-vous, les joueurs se sont donné à fond et on a atteint notre objectif. C’était un plaisir de jouer dans une ambiance pareille et j’espère que le meilleur est à venir».
Propos recueillis par
Khalil Benmouya   
 

Les félicitations de Zaki

A nous la CAN ! Pour un tout autre objectif que de la simple figuration

Mohamed Bouarab
Jeudi 31 Mars 2016

Lu 1003 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs